Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

The artist

Publié le par Emy Lee

Sortie le 12 octobre 2011.

Réalisation et scénario par Michel Hazanavicius, et musique de Ludovic Bource.

Acteurs : Jean Dujardin (George Valentin), Bérénice Bejo (Peppy Miller), John Goodman (Al Zimmer), James Cromwell (Clifton), Penelope Ann Miller (Doris); Missi Pyle (Constance), Beth Grant (Domestique de Peppy), Joel Murray (Pompier), Bitsie Tulloch (Norma) et Stuart Pankin (Otto).

Histoire : Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

Mon avis : Michel Hazanavicius m'a mis à l'épreuve avec ce film muet et musical, tout ce que je n'aime pas. J'ai cependant été conquise par la réalisation. Un très beau travail du réalisateur qui illustre assez bien les œuvres de 1920. J'ai également beaucoup aimé le duo formé par Jean Dujardin et Bérénice Bejo, qui fonctionne parfaitement à l'écran. Tout deux arrivent à faire transparaître les émotions de leurs personnages en dehors des mots, au travers du corps et des mimiques. Un exercice pas si facile. Mais malgré tous ses points positifs, les deux points me rebutants ont eu raison de moi. Je suis très contente de ne pas avoir découvert le film au ciné, je me serais passablement ennuyée. Je ne dénigre pas du tout la qualité du film, tout est là, mais je constate que ce n'est pas du tout mon style. Par ailleurs, j'ai trouvé le scénario assez simple, je n'ai pas été embarquée par ce dernier, et ma première réaction a été : comment le film a-t'il pu connaître un tel succès ? Avec le recul, c'est certainement dû à la qualité de la réalisation et des acteurs. Et je n'ai rien à redire sur ses deux points qui illustrent parfaitement le cinéma des années 20 et l'appréhension du passage à un cinéma parlant par le tout Hollywood. A la fois une belle découverte sur le plan cinématographique mais un ennui personnel du fait de mon inintérêt pour le cinéma muet et musical.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Dans la peau de John Malkovich

Publié le par Emy Lee

Sortie le 08 décembre 1999.

Titre original : Being John Malkovich.

Réalisé par Spike Jonz, scénario de Charlie Kauffman, et musique de Carter Burwell.

Acteurs : John Cuzack (Craig Schwartz), Cameron Diaz (Lotte Schwartz), John Malkovich (Lui-même), Catherine Keener (Maxine), Ned Bellamy (Derek Mantini), Mary Kay Place (Floris), Orson Bean (Dr Lester), Charlie Sheen (Lui-même); Sean Penn (Lui-même), Dustin Hoffman (Lui-même), Brad Pitt (Lui-même), Winona Ryder (Elle-même); Gary Sinise (Lui-même), David Fincher (Christopher Bing), Spike Jonze (Assistant de Derek Mantini), Kevin Carroll (Conducteur Taxi), Byrne Piven (Capitaine Mertin) et Octavia Spencer (Femme dans l'ascenseur).

Histoire : Craig Schwartz est marionnettiste de rue, mais ne parvient pas à vivre de son art. Lotte, son épouse, s'intéresse beaucoup plus à ses animaux qu'à lui. Devant leurs difficultes financières, le jeune homme trouve un emploi au septième étage du building de l'entreprise Lester. En classant des dossiers, Craig découvre une porte dérobée et l'emprunte. Celle-ci le conduit pour quinze minutes à l'intérieur de John Malkovich. Cette prodigieuse découverte va lui permettre de changer de vie.

Mon avis : Après avoir visionné ce film, je suis à la fois conquise, perplexe, déçue, intriguée, et certaine de ne pas avoir tout saisie de ce que voulait nous transmettre le réalisateur. Le film joue sur plusieurs cordes : amour, fantastique, contrôle, vieillissement, passion,.. Et j'en oublie certainement. J'avoue que le triangle amoureux est certainement ce qui a suscité le moins d'intérêt en moi, en revanche j'ai été fascinée par l'histoire autour de John Malkovich, et encore j'ai des milliers de questions ! Le film est captivant du début à la fin, on veut savoir vers quoi on nous emmène et je n'ai pas été déçue par le voyage de Spike Jonz. Le casting est bluffant, le scénario captivant et la bande originale plaisante. Ce fut une très belle découverte pour ma part, même si à la fin j'étais totalement perdue.

4 étoiles.

 

Voir les commentaires

Champions

Publié le par Emy Lee

Sortie le 06 juin 2018.

Titre original : Campeones.

Réalisé par Javier Fesser, scénario de David Marqués et Javier Fesser, et musique de Rafael Arnau.

Acteurs : Javier Gutiérrez (Marco), Athenea Mata (Sonia), Daniel Freire (Carracosa), Luisa Gavasa (Amparo), Jesus Lago (Jesus), Roberto Sanchez (Roman), Julio Fernandez (Fabian), José de Luna (Juanma), Sergia Olmo (Sergio), Stefan Lopez (Manuel), Alberto Nieto Fernandez (Benito), Fran Fuentes (Paquito), Gloria Ramos (Collantes), Iztiar Castro (Mère de Jésus), Juan Margallo (Julio) et Roberto Chinchilla (Romàn).

Histoire : Marco est le second entraîneur de l'équipe de basket-ball "Estudiantes", connu pour son mauvais caractère et ses débordements, il en vient au mains contre l'entraîneur principal. Après ce débordement, il est arrêté par la police pour conduite en état d'ivresse, absence de coopération et coups sur un officier de police. Sa peine ? Entraîné une équipe de basket du centre social. Pour la première fois, Marco va être confronté à une équipe de personnes en situation de handicap et ça ne va pas être pour lui plaire...

Mon avis : Un film tout simple, qui ne réinvente pas le genre mais qui nous fait passer un agréable moment avec cette équipe hors du commun.On s'attache assez vite aux personnages, et même si avec le synopsis on devine aisément la fin on se laisse prendre au jeu. On laisserait presque une larme s'échapper. Le casting est très agréable, chacun des personnages à sa propre personnalité et son propre "handicap" qu'il soit mental, physique, phobique... et chacun va s'apporter quelque chose. Une belle découverte et un bon moment passé devant le grand écran au rythme de la musique de Rafael Arnau qui m'a beaucoup plut.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Jurassic World : Fallen kingdom

Publié le par Emy Lee

Sortie le 06 juin 2018.

Réalisé par Juan Antonio Bayona, scénario de Colin Trevorrow et Derek Connolly d'après l’œuvre de Michael Crichton, et musique de Michael Giacchino.

Acteurs : Chris Pratt (Owen Grady), Bryce Dallas Howard (Claire Dearing), Rafe Spall (Eli Mills), Justice Smith (Franklin), Daniella Pineda (Zia Rodriguez), James Cromwell (Benjamin Lockwood), Toby Jones (Mr Eversoll), Isabella Sermon (Maisie Lockwood), Jeff Goldblum (Ian Malcolm), B. D. Wong (Henry Wu), Ted Levine (Ken Wheatley), Geraldine Chaplin (Iris), Robert Emms (Jack), Peter Jason (Sénateur Sherwood), Max Baker (M. Swanbeck) et Michael Papajohn (Entrepreneur InGen).

Histoire : Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l'île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l'île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

Mon avis : Depuis vingt-cinq ans, j'attends les suites de Jurassic Park avait beaucoup d'entrain. Bercée par le film de 1993, fascinée par ses dinosaures en animatroniques, par l'idée de départ d'en faire un parc d'attraction... Jurassic Park est tout bonnement le film qui a marqué mon enfance. Malgré mon impatience, j'ai toujours une réticence, la peur d'être déçue, que la franchise ne se réinvente pas... Nous avions donc repris une nouvelle problématique avec Jurassic World, cette fois le parc avait bien ouvert, une nouvelle race avait été créé et les problèmes n'avaient pas tardé à arriver. Aujourd'hui on retourne à Isla Nublar, trois ans plus tard. Les dinosaures ont pris leur quartier et vivent une vie paisible loin des humains. Seulement un volcan menace, de les éteindre une nouvelle fois. La question est alors posée doit-on la sauver ou non ? La justice tranchera, et c'est la que notre expert en théorie du chaos refait son apparition (rôle trop court à mon goût, malgré un discours pertinent). Les premières scènes du film sont superbes, le bonheur de retourner sur l'île, d'avoir quelques clins d’œils fan service (on en est presque lassé maintenant), de retrouver les dinosaures dans un écosystème et un fonctionnement qui leur est propre. Pour moi l'éruption volcanique et la disparition des dinosaures m'a mise au supplice, j'aurais voulu sauter de mon siège est tous les sauver (oui on en oublie qu'il reste des êtres géants et un poil carnivore, pourtant le film nous le rappel très bien). Passer cette scène horrible, nos "héros" et leur ennemis se retrouvent en Amérique avec leur arche de Noé. Et c'est à partir de là, que l'histoire devient un petit peu plus bancale (parce qu'on avait déjà bon nombres d'incohérences avant, mais on passe). On ne va pas tourner autour du pot, les stars du film ce sont les dinosaures, le reste ça passe un peu à la casserole, au point de finir par nous prendre pour des jambons. Alors soit le montage est mal construit, en supprimant des scènes qui auraient pu éclairer les suivantes, soit on nous démontre clairement que la cohérence scénaristique n'est pas le sujet principale du film. Donc on peut valider la présence du T-Rex, qui malencontreusement sauve tout le monde, un gentil diplodocus qui nous reproduit la première fois où on a vu un dino, et une nouvelle espèce histoire d'avoir quelques choses à raconter (parce qu'on a pu vraiment peur du T-Rex maintenant). On se plait à revoir des espèces que l'on avait pas vy depuis longtemps et de nouvelles espèces que l'on avait encore jamais vu. Je vous le dit le plus important c'est les dinos ! L'introduction de cette nouvelle espèce suit le fil rouge du premier film, et si des dinosaures étaient employés dans les armées ? Et je commence à penser que tant qu'Henry Wu est en vie, on sera toujours confronté aux mêmes problématiques (T-Rex, tu sais ce qu'il te reste à faire dans le troisième/sixième volet !). La part du contrat est plutôt rempli, l'indoraptor nous offre quelques scènes bien stressantes, notamment avec la petite Maisie Lockwood. Par ailleurs, ce personnage va finalement être le second point centrale du film, confirmant ainsi la théorie de Ian Malcolm défendu lors du procès. On se plait à savoir qui est cette jeune fille, que l'on suit mais dont on ne sait rien, on se doute toutefois de la finalité, mais il nous plait de savoir que c'était le sujet de discord entre Lockwood et Hammond. On oublie assez vite Owen, Claire and cie, au vu du peu d'engouement pour leur personnage, même eux ne semble pas y croire. Personnellement j'ai beaucoup aimé ce nouvel épisode de la franchise, certes il y a de nombreuses incohérences, on a souvent la sensation de déjà vu, mais la trame de fond du scénario est intéressante. Le film m'a semblé meilleur que le premier/cinquième épisode, en amenant d'autres problématiques qui suivent tout de même la trame de fond de son frère ainé. Et je suis toujours aussi fascinée par les dinosaures, les voir à l'écran est un plaisir et de leur côté on a tous ce que l'on attend d'eux. Le grand écran est surement pour beaucoup dans cette intérêt, fascination, obsession et bonheur de retrouver ses géants.  Finalement, si les humains arrêtaient de s'intéresser à eux, on pourrait peut-être leur offrir une vie tranquille sur une île reculée. Jurassic World, est un très bon divertissement et c'est tout ce qu'on attend de lui.

4 étoiles.

 

Voir les commentaires

L'interview qui tue !

Publié le par Emy Lee

Sortie le 28 janvier 2015.

Titre original : The interview.

Réalisé par Seth Rogen et Evan Goldberg, scénario de Dan Sterling, et musique d'Henry Jackman.

Acteurs : James Franco (Dave Skylark), Seth Rogen (Aaron Rappaport), Lizzy Caplan (Agent Lacey), Randall Park (Kim Jong-Un), Diana Bang (Sook), Timothy Simmons (Malcolm), Reese Alexander (Agent Bolwin), Anders Holm (Jake), James Yi (Officier Koh), Paul Bae (Officier Yu), Geoff Gustafson (Cole), Dominique Lalonde (Jackie), Anesha Bailey (Janet), Charles Rahi Chun (Général Jong) et Aubrey K. Miller (Kim).

Histoire : L'un des talk show les moins crédible des Etats-Unis, se voit inviter par Kim Jong-Un pour une interview et ainsi montrer aux américains la vraie facette de la Corée du Nord.

Mon avis : Suite à la polémique suscité par ce film, l'attaque de Kim Jong-Un mais également de Hackers envers Sony, je voulais vraiment découvrir pour savoir ce qui avait tant fait couler d'encre. Clairement le film ne révolutionnera pas le genre, mais Seth Rogen commence à être un habituer des polémiques (souvenez-vous "Sausage Party" en 2016, dont il était scénariste et doubleur). Effectivement, le film peut faire sourire sur la représentation des dictateurs par leur pays, par les autres nations. Ici on traite de cette différence, mais également de ce qui peut pousser un dictateur à cette place et à la manipulation. Le film est un ensemble de quiproquos, qui vont conduire nos deux protagonistes à travailler pour la CIA à la mort de Kim Jong-Un. Le film est un bon divertissement, il fait passer le temps, et soulève quelques problématiques en trame de fond. Mais il restera certainement plus facilement dans les mémoires pour avoir réveiller la colère du Dictateur plus que pour son scénario.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Solo : a star wars story

Publié le par Emy Lee

Sortie le 23 mai 2018.

Réalisé par Ron Howard, scénario de Lawrence Kasdan et Jonathan Kasdan d'après l’œuvre de Georges Lucas, et musique de John Powell et John Williams.

Acteurs : Alden Ehrenreich (Han Solo), Woody Harrelson (Tobias Beckett), Emilia Clarke (Qi'ra), Donald Glover (Lando Carlissian), Thandie Newton (Val), Phoebe Waller-Bridge (L3-37), Paul Bettany (Dryden Vos), Joonas Suotamo (Chewbacca), Ian Kenny (Rebolt), John Tui (Korso), Anna Francolini (Officier impérial), Andrew Woodall (Officier de recrutement impérial), Warwick Davis (Weazel), Hal Fowler (Lieutenant Mimban) et Damien Farrell (Gardien Mimban).

Histoire : Avant d'être le compagnon de route de Luke et Leïa, Han Solo a lutté pour se sortir de son avenir d'esclave. Pour s'en sortir, il va côtoyer l'Empire et les bas-fonds du monde criminel. Au travers de ses aventures, il va faire la connaissance de ses acolytes : Chewbacca et Lando Calrissian.

Mon avis : Je n'avais pas d'attente particulière vis-à-vis de ce film, si j'étais conquise par le choix du réalisateur, ce n'était pas le cas d'Alden Ehrenreich. Finalement après avoir visionné le film, ce n'est pas ce qui m'a le plus marqué. Si la réalisation est correct et rempli à la fois le cahier des charges et le fan service, le casting est plutôt plaisant, j'ai eu plaisir à découvrir Emilia Clarke dans ce rôle, mais le scénario n'est vraiment pas captivant. J'en suis sortie en me disant que parfois, il vaut mieux fantasmer l'historique des personnages. Je n'ai pas retrouvé le personnage d'Han Solo dans ce film, où sont les répliques sarcastique ? le je m'en foutisme ambiant ? où alors j'ai gardé une image totalement faussée. Sans dire que le film est mauvais, le scénario ne m'a attisé aucun intérêt et les deux heures quinze minutes de film m'ont paru bien longues. Tout était convenue, même les rencontres avec des personnages emblématique étaient insipides. Et je me questionne vraiment quant à la présence de Dark Maul ? Han Solo serait-il si vieux ? Bref, je n'ai pas été convaincue par ce film mais je tenais à m'en faire mon propre avis.

2,5 étoiles.

Voir les commentaires

Deadpool II

Publié le par Emy Lee

Sortie le 16 mai 2018.

Réalisé par David Leitch, scénario de Rhett Reese, Paul Wernick et Ryan Reynolds d'après l'oeuvre de Fabian Nicieza et Rob Liefield, et musique de Tyler Bates.

Acteurs : Ryan Reynolds (Wade Wilson /Deadpool), Josh Brolin (Nathan Summers / Cable), Morena Baccarin (Vanessa), Julian Dennison (Russell / Firefist), Zazie Beetz (Neena Thurman / Domino), Leslie Uggams (Blind Al), Shioli Kutsuna (Yukio), Brianna Hildebrand (Negasonic), Jack Kesy (Black Tom Cassidy), Karan Soni (Dopinder), T. J. Miller (Weasel), Andre Tricoteux (Colossus), Eddie Marsan (The Headmaster), Terry Crews (Bedlam), Lewis Tan (Shatterstar), Bill Skarsgard (Zeitgeist) et Rob Delaney (Peter)

Histoire : Plus grand, plus-mieux, et occasionnellement les fesses à l’air, il devra affronter un Super-Soldat dressé pour tuer, repenser l’amitié, la famille, et ce que signifie l’héroïsme – tout en bottant cinquante nuances de culs, car comme chacun sait, pour faire le Bien, il faut parfois se salir les doigts.

Mon avis : Après relecture de ma critique du premier film, mon avis sur la franchise n'a pas tellement changé. Deadpool 2 est un bon divertissement mais ne révolutionne pas le genre. Maintenant que Wade n'a plus aucune vengeance, il construit sa "famille", une manière de le rapprocher un peu plus des X-men. J'ai toutefois apprécié l'arrivée de Domino et de Cable (même si j'ai cru pendant un moment qu'il était tiré de Terminator). Encore une fois de nombreuses références, des pics et des gags en tout genre, souvent en-dessous de la ceinture. Ce qui a fait le succès du premier film et réutilisé pour la recette du second. Certainement plus disposée à voir le film, je me suis surprise à sourire et à rire. Toutefois mon avis ne changera pas avec ce second film.

2,5 étoiles.

Voir les commentaires

Gueule d'ange

Publié le par Emy Lee

Sortie le 23 mai 2018.

Réalisation et scénario par Vanessa Filho, musique d'Audrey Ismael et Olivier Coursier.

Acteurs : Marion Cotillard (Marlène), Ayline Aksoy-Etaix (Elli "Gueule d'Ange"), Alban Lenoir (Julio), Amélie Daure (Chiara), Stéphane Rideau (Jean), Mario Magalhaes (Boris), Stefano Cassetti (Michel), Nade Dieu (Mathilda), Rosaline Gohy (Alice), Rayan Ounissi-Herzog (Victor), Elyes Jabri (Copain de Victor), David Ayala (Ami de Jean), Marion Lubat (Institutrice) et Charlotte Wullen (Claire)

Histoire : Marlène est une jeune mère fantasque, venant d'un milieu prolétaire, sans emploi et qui a été quitté par son mari. Elle passe ses journées à regarder les émissions de télé-réalité et à se saouler. Son seul bonheur et sa fierté, c'est Elli, sa petite fille de 8 ans que Marlène surnomme affectueusement "Gueule d'ange". Mais pour la jeune fille, "gérer" sa mère et son alcoolisme est un combat quotidien, ce qui lui fait atteindre une maturité précoce ...

Mon avis : Que dire sur ce film, hormis que Vanessa Filho a parfaitement retranscrire la réalité d'une petite fille aux prises avec la réalité et les limites de sa mère. On les découvre à un instant T, on en apprend peu sur leur histoire passé quelques brides par çi par là, leur réalité est celle qui ses déroule devant nos yeux. Marlène est une mère ados, plus intéressée par sa propre personne que par les besoins de sa fille. Elle m'a rappelé l'une des mères que j'ai suivi pendant quelques mois. Elli est une petite fille touchante, qui ne sait pas bien se positionner entre sa vie de petite fille et sa vie d'adulte auprès de sa mère. Et finalement on les abandonne à leur réalité, on a assisté à quelques jours de leur vie, elles vont continuer leur chemin sans le regard du spectateur. C'est ce qui a été frustrant pour moi, cette absence de finalité, de prise de conscience, de solution et pourtant avec le recul je me rends compte que l'on reste proche de la réalité. Ayline Aksoy-Etaix est grandiose dans son rôle, je l'ai fortement apprécié et j'ai eu énormément d'empathie pour son personnage. Marion Cotillard est bluffante dans le rôle de cette mère immature et absente. J'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Alban Lenoir, même si j'ai été déçue que son personnage soit si peu exploité. Un très beau film, devant lequel j'aurais pu rester une heure de plus, mais je suis toujours frustrée par sa finalité.

4 étoiles.

Voir les commentaires

En guerre

Publié le par Emy Lee

Sortie le 16 mai 2018.

Réalisé par Stéphane Brizé, scénario d'Olivier Gorce et de Stéphane Brizé, et musique de Bertrand Blessing.

Acteurs : Vincent Lindon (Laurent Amédéo), Mélanie Rover (Mélanie), Jacques Broderie (M. Borderie), David Rey (Directeur administratif et financier), Olivier Lemaire (Syndicaliste SIPI), Isabelle Rufin (DRH), BrunoBourthol (Syndicaliste SIPI), Sébastien Vamelle (Syndicaliste CGT), Jean-Noël Tronc (Maire d'Agen), Valérie Lamond (Avocate des salariés), Guillaume Daret (Journaliste Tv), Jean Grosset (Conseiller Social), Frédéric Lacomare (Syndicaliste CFE-CGC), Anthony Pitalier (Collaborateur conseiller social), Séverine Charrié (Ex-femme de Laurent), Marie Nadaud (Hôtesse d'accueil MEDEF), Rachid Mamlous (Agent de sécurité MEDEF), Grégoire Ruhland (Cadre MEDEF), Daphné Latour (Cadre MEDEF), Guillaume Draux (M. Censier), Jean-Claude Laugeois (Responsable communication), Pieter-Jan Peeters (Directeur administratif DIMKE), Martin Hauser (PDG DIMKE) et Emma Monnoyeur (Fille de Laurent).

Histoire : Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte‑parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

Mon avis : J'étais très impatiente de découvrir ce film, autant pour son sujet que pour retrouver Vincent Lindon. Dans une société où la manifestation ne semble plus faire poids et alors que nous fêtons les quarante ans de mai 68, le film semble être fait pour réveiller les consciences. Du moins c'est le message que j'en ai tiré. Pourtant, pendant 1h50 je n'ai pas réussi à me positionner. A la fois avec les salarié de l'usine Perrin et leur combat pour leurs emplois et pour la dynamique économique de leur région. Et à la fois, je comprenais les différents intervenants (Directeur, Cadre, Ministre,...) qui ne peuvent pas aller plus loin que leur rôles. On aimerait bouger davantage les cadres, notamment ceux du MEDEF qui m'ont foncièrement fait rager, pour qu'il contribue à cette lutte avec leur moyen.On suit le mouvement de grève du début à sa fin, en passant par les différentes étapes d'un mouvement. Cela ne m'a pas empêché de me prendre une belle claque au clap finale. J'ai beaucoup aimé le film, même si je dois avouer qu'1h50 sur un mouvement de grève c'est quand même un peu long. On a plusieurs fois le sentiment de tourner en rond (ce qui est proche de la réalité), et j'avais que l'avant fin m'a été pénible à suivre. Il n'empêche que le film est très beau, le sujet intéressant, le casting impressionnant avec un Vincent Lindon au top de sa forme et une prestation en béton. J'ai d'ailleurs pensé qu'en-dehors de Vincent Lindon tous les protagonistes étaient de réels grévistes. La bande originale  est superbe, elle est courte mais reste bien en tête et marque les événements importants. Un très bon film !

4 étoiles.

Voir les commentaires