Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Zodiac

Publié le par Emy Lee

Sortie le 17 mai 2007.

Réalisé par David Fincher, scénario de James Vanderbilt d'après l’œuvre de Robert Graysmith, et musique de David Shire.

Acteurs : Jake Gyllenhaal (Robert Graysmith), Mark Ruffalo (Inspecteur David Toschi), Anthony Edwards (Inspecteur William Armstrong), Robert Downey Jr (Paul Avery), Brian Cox (Melvin Belli), John Carroll Lynch (Arthur Leigh Allen), Richmond Arquette (Zodiac 1 / Zodiac 2), Bob Stephenson (Zodiac 3), John Lacy (Zodiac 4), Chloë Sevigny (Melanie), Ed Setrakian (Al Hyman), John Getz (Templeton Peck), John Terry (Charles Theiriot), Candy Clark (Carol Fisher), Elias Koteas (Sergent Jack Mulanax), Dermot Mulroney (Capitaine Marty Lee), Donal Logue (Ken Narlow) et June Diane Raphael (Mme Toschi).

Histoire : Zodiac, l'insaisissable tueur en série qui sévit à la fin des années 60 et répandit la terreur dans la région de San Francisco, fut le Jack l'Eventreur de l'Amérique. Prodigue en messages cryptés, il semait les indices comme autant de cailloux blancs, et prenait un malin plaisir à narguer la presse et la police. Il s'attribua une trentaine d'assassinats, mais fit bien d'autres dégâts collatéraux parmi ceux qui le traquèrent en vain...

Mon avis : Après avoir visionné la dernière saison d'American Horror Story, j'avais cru comprendre que les faits s'inspirait de Zodiac. J'ai alors immédiatement pensé au film, et souhaitais le visionné rapidement pour avoir une seconde dose de cette histoire trépidante. Finalement, après visionnage, je pense qu'il parlait davantage du tueur en série que du film. Après plusieurs meurtres revendiqués par le zodiac, nous sommes plongés dans plusieurs enquêtes, celle de la police bien sûr, mais également celle des journalistes qui sont bien souvent les interlocuteurs directs du tueur. Ce sont les deux acteurs principaux de l'enquête mais on se rend vite compte que toute la communauté est animé par cette enquête. L'histoire étant tiré d'une histoire vrai, l'enquête va prendre de nombreuses années, ce que le spectateur va prendre pour des points rapides vont finalement être trop répétitifs et commencer à nous perdre. De fait, le film traine vite en longueur, parfois à bonne escient parfois on s'ennuie pleinement. Le film, casse également les codes du thriller traditionnelle, peu de tension si ce n'est dans le sentiment qu'on ne trouveras jamais l'auteur des meurtres. A défaut d'être tenu en haleine par l'enquête, on va très vite s'intéresser aux personnages, à les analyser, à comprendre pourquoi cette enquête les animes... ou pas. Je ne peux pas dire que j'ai apprécié le film, j'ai aimé la réalisation qui nous offre de très belles séquences, tout comme son scénario et sa bande originale. Mais les longueurs et l'ennuie on vite eu raison de moi, 2h30 sans rien à se mettre sous la dent, ça devient difficile à gérer. Je finirai en indiquant que le trio d'acteurs fonctionnent bien à l'écran chacun avec sa spécificité et sa personnalité. Un plaisir !

3 étoiles.

Voir les commentaires

Imitation game

Publié le par Emy Lee

Sortie le 28 janvier 2015.

Titre original : The imitation game.

Réalisé par Morten Tyldum, scénario de Graham Moore d'après l’œuvre d'Andrew Hodges, et musique d'Alexandre Desplat.

Acteurs : Benedict Cumberbatch (Alan Turing), Keira Knightley (Joan Clarke), Matthew Goode (Hugh Alexander), Mark Strong (Stewart Menzies), Rory Kinnear (Inspecteur Robert Nock), Charles Dance (Commandant Denniston), Allen Leech (John Cairncross), Matthew Beard (Peter Hilton), Alex Lawther (Alan jeune), Tuppence Middleton (Helen), Jack Bannon (Christopher Morcom), Steven Waddington (Superintendant Smith), Victoria Wicks (Mère de Joan), James Northcote (Jack Good), Tom Goodman-Hill (Sergent Staehl), Ancuta Breaban (Wren) et Lee Asquith-Coe (Agent du MI-6).

Histoire : 1939 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.

Mon avis : L'histoire d'Alan Turing est très intéressante et la réalisation de Morten Tyldum captivante. On se laisse à nouveau entraîner au cœur de la seconde guerre mondiale, pour découvrir comment une équipe composée essentiellement de professeur à l'université, va entreprendre de décrypter Enigma et renverser le nazisme ! L'ensemble est passionnant que ce soit le scénario, le casting ou encore la bande original, tout ici sert le personnage d'Alan Turing, dont on pourrait analyser son comportement pendant des heures. Personnages atypique, il va pourtant réaliser l'une des plus grandes découvertes de guerre. On s'attache assez vite au personnage, on apprécie de connaître son histoire et on est détruit par sa chute. La réalisation sert totalement le film, son utilisation de la lumière, son cadre, ses décors,... tout est beau. J'ai personnellement beaucoup aimé ce film devant lequel j'ai encore appris beaucoup de chose mais au-delà du contexte de guerre une seconde problématique va émergé et va avoir une importance capitale. Un très beau film qui avait tout pour me plaire et une magnifique prestation de Benedict Cumberbatch.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

L'agence tout risque

Publié le par Emy Lee

Sortie le 16 juin 2010.

Titre original : The A-Team.

Réalisé par Joe Carnahan, scénario de Skip Woods, Brian Bloom et Joe Carnahan d'après l’œuvre de Frank Lupo et Stephen J. Cannell, et musique d'Alan Silvestri.

Acteurs : Liam Neeson (Colonel John "Hannibal" Smith), Bradley Cooper (Lieutenant Templeton "Futé" Peck), Jessica Biel (Capitaine Charissa Sosa), Quinton Rampage Jackson (Caporal Bosco "Baracuda" Baracus), Sharlto Copley (Murdock "Looping"), Patrick Wilson (Agent Lynch), Gerald McRaney (Général Morrison), Henry Czerny (Directeur CIA), Brian Bloom (Pike), Maury Sterling (Gammons) et Terry Chen (Ravech).

Histoire : Aucune équipe ne ressemble à celle de L’Agence Tous Risques. Quatre hommes, hyper qualifiés et autrefois membres respectés d’une unité d’élite de l’armée, sont chargés d’une mission classée top-secret destinée à les piéger, et qui les conduit en prison pour un crime qu’ils n’ont pas commis. Mais la somme de leurs talents leur permet une évasion sans accroc. Devenus des rebelles, ils décident de blanchir leurs noms et de retrouver les vrais coupables.

Mon avis : J'avais pu visionner le film à sa sortie en 2010, et mon avis n'a guère changé aujourd'hui. Pour moi, le film et fidèle à la série qui a bercé mon enfance. Il nous permet d'en savoir plus sur la construction de l'équipe et les raisons de leur fuite. Et j'ai apprécié d'être projeté sur les débuts avant même la construction de l'agence. Le casting est intéressant et reprend les codes des personnages que l'on affectionne tant. Nos quatre compères sont chacun convaincant dans leur rôle et leur interprétation. La réalisation de Joe Carnahan se construit à un rythme effréné, les scènes s'enchaînent sans nous laisser respirer. Et ce n'est pas pour me déplaire. Pour moi cette adaptation est réussi, on passe un bon moment et certaines scènes sont marquantes malgré leur peu de réalismes. Un très bon retour pour la A-Team !

4 étoiles.

Voir les commentaires

Jeux d'enfants

Publié le par Emy Lee

Sortie le 17 septembre 2003.

Réalisation et scénario par Yann Samuell, et musique de Philippe Rombi.

Acteurs : Guillaum Canet (Julien Janvier), Marion Cotillard (Sophie), Julia Faure (Sœur de Sophie), Gilles Lellouche (Sergei Nimov Nimovitch), Gérard Watkins (Père de Julien), Emmanuelle Grönvold (Mère de Julien), Elodie Navarre (Aurélie), Thibault Verhaeghe (Julien enfant), Joséphine Lebas Joly (Sophie Enfant), Robert Willar (Julien âgé), Nathalie Nattier (Sophie âgé), Frédéric Geerts (Igor), Isabelle Delval (Clothilde), Jean-Michel Flagothier (Dorzac), Laëtizia Venezia Tarnowska (Christelle Louise Bouchard), Manuella Sanchez (Enseignante), Philippe Drecq (Proviseur) et Luc Bromagne (Prêtre).

Histoire : Sophie et Julien ont défini les règles du jeu. Ils en sont, pour le restant de leurs vies, les arbitres et souvent les victimes. "Cap ou pas cap ?" "Cap ! Bien sûr ! " Ils sont cap de tout : du meilleur comme du pire. Bafouer tous les tabous, défier tous les interdits, braver toutes les autorités, rire, se faire mal. Cap de tout !? sauf, peut-être de s'avouer qu'ils s'aiment. Ce jeu commence avec un pari innocent : un pari afin d'oublier que Maman est gravement malade, afin d'oublier quand toute la classe te traite de sale polak. Et quelques paris plus tard, le jeu devient ce qu'il y a de plus beau, de plus fort dans la vie des deux enfants. Ils jouent, ils s'aiment ? Le jeu, l'amour ? L'amour, le jeu : finalement c'est tellement plus simple d'être ami. Et ainsi la vie passe, le jeu reste, de plus en plus intense, comme la passion. Et chaque fois qu'ils se répondent "Cap !", ils se disent "Je t'aime plus que ma propre vie". "Plus que ma propre vie ?" "Cap !"

Mon avis : Il est intéressant de voir comment deux enfants se réfugient dans un jeu pour oublier leur triste quotidien, un jeu anodin qui devient de plus en plus risqué à mesure qu'ils vieillissent. Un jeu dangereux qui va avoir un impact direct sur leur vie autant privée que professionnelle. Lorsque j'ai visionné ce film pour la première fois, je m'étais seulement arrêté à ce jeu malsain, et de faite le film m'avait fortement déçu. Comment on peut en arriver à ce point là dans un jeu ? Pourquoi se faire autant de mal ? Seulement pour la gagne ? J'avais alors détesté le film, le prenant pour une surenchère de danger sans intérêt aucun. De fait, j'ai toujours été réticente à le revisionner, mais j'ai décidé de me lancer hier, pour confirmer ou non mon ressenti il y a quinze ans. J'ai toujours du mal à comprendre ce besoin de surenchérir même si les explications sont plus claires. Les duos formés par Thibault Verhaeghe et Joséphine Lebas Joly, ainsi que Guillaume Canet et Marion Cotillard fonctionnent parfaitement. On croit en leur histoire, en leur paris, en leur passé un peu fou. On est témoin d'une forte amitié, qui tente de devenir plus sans jamais vraiment y arriver. L'histoire du père de Julien est très énigmatique, j'ai eu énormément de mal à le cerner. On se laisse assez vite entrainé par ce manège entre Julien et Sophie, comme eux on a du mal à discerner ce qui est du jeu de la réalité. Film que je trouve plus intéressant aujourd’hui même si j'ai toujours rien compris à la fin.

4 étoiles.

Voir les commentaires

I feel pretty

Publié le par Emy Lee

Sortie le 20 juillet 2018.

Réalisation et scénario par Abby Kohn et Marc Silverstein, et musique de Michael Andrews.

Acteurs : Amy Schumer (Renée Bennett), Michelle Williams (Avery LeClair), Rory Scovel (Ethan), Emily Ratajkowski (Mallory), Busy Phillips (Jane), Aidy Bryant (Vivian), Tom Hopper (Grant LeClair), Naomi Campbell (Helen), Lauren Hutton (Lily Le Clair), Sasheer Zamata (Tasha), Adrien Martinez (Mason) et Caroline Day (Jenn).

Histoire : Renée est une jeune femme pleine de vie et pétillante, seulement personne ne le remarque en raison de son manque de confiance et de ses rondeurs. Reléguée dans la cave d'un immeuble pour travailler et abonnée au club des femmes moches, Renée a deux rêves : celui d'intégrer le siège de Lily LeClair (marque de cosmétique réputée) et de devenir une belle femme. Ses deux vœux vont se réaliser à la suite d'une chute de vélo qui lui permettra enfin de devenir une belle femme...

Mon avis : Au hasard du sommaire Netflix, je tombe sur ce film, idéal pour mon envie du moment. Ma seule crainte, qu'on nous refasse le coup du vœux miraculeux, et que la femme réalise son capital beauté en devenant mince et musclée. Finalement c'est tout l'inverse que nous interprète Amy Schumer, une femme qui s'accepte telle qu'elle est (même si elle ne le sait pas encore). Une fois les barrières sociales tombées, Renée peut enfin être qui elle est vraiment en se libérant et en gagnant confiance en elle. Le film est drôle et plutôt bien amené, on a immédiatement de la sympathie pour Renée. Amy Schumer interprète brillamment cette jeune femme, j'ai également eu plaisir à revoir Michelle Williams, si chic et snob dans ce rôle. Un très bon moment passé devant ce film léger, qui nous rappellerais presque une certaine Bridget Jones.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Fast & Furious

Publié le par Emy Lee

Sortie le 26 septembre 2001.

Titre original : The fast and the furious.

Réalisé par Rob Cohen, scénario de Ken Li, Gary Scott Thompson, Erik Bergquist et David Ayer, et musique de Brian Tyler.

Acteurs : Paul Walker (Brian O'Conner), Vin Diesel (Dominic Toretto), Michelle Rodriguez (Letty), Jordana Bewster (Mia Toretto), Rick Yune (Johnny Tran), Chad Lindberg (Jesse), Johnny Strong (Leon), Matt Schulze (Vince), Ted Levine (Tanner), Ja Rule (Edwin) Vyto Ruginis (Harry) et Thom Barry (Agent Bilkins).

Histoire : La nuit tombée, Dominic Toretto règne sur les rues de Los Angeles à la tête d'une équipe de fidèles qui partagent son goût du risque, sa passion de la vitesse et son culte des voitures de sport lancées à plus de 250 km/h dans des rodéos urbains d'une rare violence. Ses journées sont consacrées à bricoler et à relooker des modèles haut de gamme, à les rendre toujours plus performants et plus voyants, à organiser des joutes illicites où de nombreux candidats s'affrontent sans merci sous le regard énamouré de leurs groupies. A la suite de plusieurs attaques de camions, la police de L.A. décide d'enquêter sur le milieu des street racers. Brian, un jeune policier, est chargé d'inflitrer la bande de Toretto, qui figure, avec celle de son rival Johnny Tran, au premier rang des suspects.

Mon avis : Dans mon souvenir, le film n'était pas qu'un film de courses de voitures, le scénario était plutôt bien construit et intéressant. J'aurais peut-être dû garder mon souvenir... Au-delà de l'âge du film qui se fait rudement sentir (la mode fin 90 début 2000 quelle horreur !), il n'y a pas grand chose à retenir. Il y a des trous dans le scénarios, qui font qu'on ne sait même pas comment on arrive à certaines scènes, l'ensemble sonne faux, tout comme les courses de voitures. La manière dont elles sont filmées m'a piqué les yeux. Et c'est certainement parce que je vieillis mais sa ressemblait plus à un défilé de kéké qu'à des courses sauvages. Je sais que l'ensemble reflète une passion pour le tuning et les courses, mais on le perçoit très peu. Je n'ai peut-être tout bonnement plus d'intérêt pour ce genre de film. Je me suis donc rapidement ennuyée, et le casting n'a pas réussi à me sortir de cet état.

2 étoiles.

Voir les commentaires

La tête en friche

Publié le par Emy Lee

Sortie le 02 juin 2010.

Réalisé par Jean Becker, scénario de Jean-Loup Dabadie et Jean Becker d'après l'oeuvre de Marie-Sabine Roger, et musique de Laurent Voulzy.

Acteurs : Gérard Depardieu (Germain Chaze), Gisèle Casadesus (Margueritte), Maurane (Francine), Patrick Bouchitey (Landremont), Jean-François Stévenin (Jojo), François-Xavier Demaison (Gardini), Claire Maurier (Mme Chaze), Sophie Guillemin (Annette), Anne Le Guernec (Mme Chaza jeune), Mélanie Bernier (Stéphanie), Régis Laspalès (M. Bayle), Jérôme Deschamps (Maire), Matthieu Dahan (Julien), Bruno Ricci (Marco), Lyes Salem (Youssef), Jean-Luc Porraz (Notaire) et Florian Yven (Germain enfant).

Histoire : Germain, 45 ans, quasi analphabète, vit sa petite vie tranquille entre ses potes de bistrot, sa copine Annette, le parc où il va compter les pigeons et le jardin potager qu'il a planté derrière sa caravane, elle-même installée au fond du jardin de sa mère, avec laquelle les rapports sont très conflictuels. Il n'a pas connu son père, sa mère s'est retrouvée enceinte de lui sans l'avoir voulu, et le lui a bien fait sentir depuis qu'il est petit. Un jour, au parc, il fait la connaissance de Margueritte, une très vieille dame, ancienne chercheuse en agronomie, qui a voyagé dans le monde entier et qui a passé sa vie à lire. Elle vit seule, à présent, en maison de retraite. Et elle aussi, elle compte les pigeons. Entre Germain et Margueritte va naître une vraie tendresse, une histoire d'amour " petit-filial ", et un véritable échange...

Mon avis : Une petite bouffée d'air frais, voila comment je décrirais le film. Germain est un simple d'esprit, bienveillant au point de ne voir le mal nul part,  pourtant il n'a pas été gâté dans sa vie. Germain a dû grandir seul avec un père absent et une mère ignorante. Il est depuis à la recherche d'une reconnaissance. Margueritte vieillit, elle n'a pas d'enfants et souhaite transmettre son savoir à autrui. Elle se prend d'affection pour Germain et tente de le convaincre de lire et ainsi l'ouvrir a de multiples opportunités. Cette bienveillance l'un envers l'autre, cet apport mutuel et cet amour presque maternel, voila ce qui fait la force de ce film. Le duo formé par Gérard Depardieu et Gisèle Casadesus fonctionne parfaitement à l'écran et est l'une des forces de ce film. On assiste à la construction de leur duo au travers d'une forte amitié. Malgré un paysage assez cliché, on se laisse prendre au jeu, et suivre les histoires de Germain et Margueritte. Moi-même j'ai pu découvrir des auteurs auxquels je ne m'étais pas intéressée jusqu'à présent. J'ai passé un très bon moment devant ce film, une très belle découvert.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Dogman

Publié le par Emy Lee

Sortie le 11 juillet 2018.

Réalisé par Matteo Garrone, scénario de Maurizio Braucci, Ugo Chiti, Massimo Gaudioso et Matteo Garrone.

Acteurs : Marcello Fonte (Marcello), Edoardo Pesce (Simoncino), Alida Baldari Calabria (Alida), Nunzia Schiano (Mère de Simoncino), Adamo Dionisi (Franco) et Francesco Acquaroli (Francesco).

Histoire : Dans une banlieue déshéritée, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui, très vite, rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui dans une spirale criminelle. Il fait alors l’apprentissage de la trahison et de l’abandon, avant d’imaginer une vengeance féroce...

Mon avis : Je n'attendais pas ce film avec impatience, mais j'étais très curieuse de le découvrir. Derrière le synopsis, j'avais perçu l'aspect social du film. Je ne mettais pas tromper, j'aurais pu passer des heures devant ce film pour analyser Marcello et son rapport aux autres. Marcello est-il proche de Simoncino par crainte ? Par admiration ? Par l'envie de vivre dangereusement ? Ses questionnements sont en totale opposition avec le métier de Marcello, sa passion et sa tendresse pour les chiens dont il a la charge. Simoncino est un poison dans la vie de Marcello, détruisant tout ce qu'il avait pu construire jusqu'à présent, et l'on sent que ce n'était pas un travail aisé pour Marcello : Timide,  renfermé, introverti, suiveur., en manque de reconnaissance.. Bref je pourrais en débattre pendant des heures, mais la finalité c'est que j'ai eu de l'empathie pour Marcello pendant 1h40. Le personnage est brillamment interprété par Marcello Fonte, qui ne démérite pas son prix d'interprétation masculine à Cannes. Notamment face à Eduardo Pesce qui en impose autant par sa carrure que par son jeu. Le cadre a également une importance dans notre sentiment envers Marcello, ville pauvre et désertique, misère sociale, luminosité,... qui rende les bons moments encore plus beau (principalement les rencontres entre Marcello et sa fille). Finalement "Dogman" est une très bonne surprise, un film que j'ai fortement apprécié malgré une histoire peu original, l'ensemble fonctionne parfaitement.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Paranoïa

Publié le par Emy Lee

Sortie le 11 juillet 2018.

Titre original : Unsane.

Réalisé par Steven Soderbergh, scénario de Jonathan Bernstein et James Greer.

Acteurs : Claire Foy (Sawyer Valentini), Joshua Leonard (David Strine), Amy Irving (Angela Valentini), Jay Pharoah (Nate Hoffman), Juno Temple (Violet), Aimee Mullins (Ashley Brighterhouse), Polly McKie (Infirmière Boles), Erin Wilhelmi (Hayley), Sarah Stiles (Jill), Colin Woodell (Mark), Raul Castillo (Jacob), Gibson Frazier (Dr Hawtorne), Lynda Mauze (Dolores), Michael Mihm (Steve), Zack Cherry (Denis), Marc Kudisch (Direvteur de la banque), Myra Lucretia Taylor (Avocat) et Matt Damon (Agent de sécurité).

Histoire : Une jeune femme, convaincue d’être harcelée, est enfermée contre son gré dans une institution psychiatrique. Alors même qu’elle tente de convaincre tout le monde qu’elle est en danger, elle commence à se demander si sa peur est fondée ou le fruit de son imagination …

Mon avis : Le speech du film ne m'intéressait pas énormément même si je suis toujours attirée par les thriller. J'étais surtout intriguée par l'idée de Soderbergh de ne filmer qu'avec des Iphone. On peut dire que c'est un "choc", les plans sont plus serrés, la luminosité différentes et le cadre beaucoup plus réduit. Je n'ai finalement pas été très emballée par cet outil, le film paraît plus ancien qu'il ne l'est et les gros plans m'ont assez dérangés. Le film ne partait donc pas gagnant et ça ne s'est pas arrangé avec leur reste. L'histoire est vraiment ennuyeuse, on suit cette dernière de manière linaire, sans aucune émotions, si ce n'est quelques scènes dégueux dont une clin d’œil à Misery. Si Soderbergh a souhaité innover et faire preuve d'originalité, cela n'a pas fonctionné sur moi.

2 étoiles.

Voir les commentaires

Les indestructibles II

Publié le par Emy Lee

Sortie le 04 juillet 2018.

Titre original : The incredibles 2.

Réalisation et scénario par Brad Bird, et musique de Michael Giacchino.

Doublage original : Craig T. Nelson (Bob Parr / M. Indestructible), Holly Hunter (Hélène Parr / Elasticgirl), Sarah Vowell (Violette Parr), Brad Bird (Edna Mode), Huck Milner (Flèche Parr), Eli Fucile (Jack-Jack Parr), Samuel L. Jackson (Lucius Best / Frozone), Bob Ondenkirk (Winston Deavor), Catherine Keener (Evelyne Deavor), Michael Bird (Tony Rydinger), Sophia Bush (Vortex), Adam Gates (Chad Brentley), Jonathan Banks (Rick Diver) et Isabella Rossellini (Ambassadrice Henrietta Selick).

Doublage français : Gérard Lanvin (Bob Parr / M. Indestructible), Déborah Perret (Hélène Parr / Elasticgirl), Louane Emera (Violette Parr), Amanda Lear (Edna Mode), Timothé Vom Dorp (Flèche Parr), Thierry Desroses (Lucius Best / Frozone), Laurent Maurel (Winston Deavor), Caroline Maillard (Evelyn Deavor), Mila Pointet (Jack-Jack Parr) et Emmanuelle Bondeville (Ambassadrice Henrietta Selick).

Histoire : Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

Mon avis : Je n'avais pas été très emballée par la sortie du premier opus, déjà gavée par les représentations des super-héros dans les films. D'autant plus que ce n'est pas un thème qui me passionne. Finalement j'avais été agréablement surprise par la famille Parr, ce qui m'a conduit à attendre cette suite avec impatience (du moins j'avais plaisir à les retrouver). Brad Bird est toujours au commande de ce nouveau film qui reste dans la lignée du premier. On retrouve les Parr à l'endroit même où on les avait laissé il y a quatorze ans, à vaincre les méchants dans la crainte d'être eux-mêmes arrêtés pour non respect des lois. Cette fois, c'est le personnage d'Elasticgirl qui est mis en avant, avec une tendance à mettre la gente féminine en avant. J'avoue que c'est assez plaisant. Mais pour cet opus, mon personnage préféré a été Jack-Jack, le petit dernier, qui découvre petit à petit ses pouvoirs, et il y en a beaucoup ! On sent que Brad Bird s'est fait plaisir ! J'ai passé un très bon moment devant ce film, et c'est un très bon retour pour la franchise.

4 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>