Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

When we first met

Publié le par Emy Lee

Sortie le 09 février 2018.

Réalisé par Ari Sandel, scénario de John Whittington et Adam Devine.

Acteurs : Adam Devine (Noah Ashby), Alexandra Daddario (Avery Martin), Shelley Hennig (Carrie), Andrew Bachelor (Max), Robbie Amell (Ethan), Noureen DeWulf (Margo), Tony Cavalero (Angus Young), Chris Wylde (Mr Costigan), Dean J. West (Phil) et Talbott Lin (M. Chun).

Histoire : Alors qu'il venait de quitter l'école pour se consacrer à sa musique, Noah rencontre Avery lors d'une soirée d'Halloween. Il en est convaincu, elle est la femme de sa vie. Seulement la jeune femme le range très vite dans la case meilleur ami et rencontre Ethan le lendemain. Quelques années plus tard, Avery et Ethan se fiance, Noah en souhaitant retracer sa soirée avec Avery, retombe sur le photomaton qu'ils avaient utilisés et découvre qu'il permet de voyager dans le temps. Noah va alors tout faire pour se rattraper et prouver à Avery qu'il est l'homme de sa vie.

Mon avis : J'étais à la recherche d'un film simple et sympathique pour accompagner mon dimanche après-midi. Le film a parfaitement remplit sa mission dont l'unique intérêt était de me divertir. On a certes vu le scénario des millions de fois, on ne découvre donc rien de nouveau (au-delà du fait que c'est un photomaton qui permet le voyage). L'histoire est cousue de fil blanc, on devine chaque scène et la finalité avec aisance, tellement les codes sont identiques au film du genre. Malgré tout, j'ai passé un bon moment, j'ai eu plaisir à retrouver Adam Devine et découvrir le reste du casting. Il ne manquait que des crêpes pour sublimer l'ensemble.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Underworld

Publié le par Emy Lee

Sortie le 24 septembre 2003.

Réalisé par Len Wiseman, scénario de Danny McBride et Kévin Grevioux, et musique de Paul Haslinger et Billy Howerdel.

Acteurs : Kate Beckinsale (Selene), Scott Speedman (Michael Corvin), Bill Nighy (Viktor), Michael Sheen (Lucian), Shane Brolly (Kraven), Erwin Leder (Singe), Robbie Gee (Kahn), Sophia Myles (Erika), Kevin Grevioux (Raze), Richard Cetrone (Pierce), Danny McBride (Mason), Scott McElroy (Soren), Wentworth Miller (Dr Adam Lockwood), Mike Mukatis (Taylor), Todd Schneider (Trix), Zita Görög (Amelia), Sandor Bolla (Rigel) et Hank Amos (Nathaniel).

Histoire : Selene est une guerrière vampire puissante. Dans la lutte qui oppose depuis des siècles son peuple à celui des Lycans, des loups-garous, elle est reconnue pour être l'une des tueuses les plus efficaces. Jusqu'au jour où elle rencontre Michael Corvin, un humain qui se retrouve pris malgré lui dans l'affrontement des deux clans. Mais pourquoi les Lyncans s'intéressent-ils tant à lui ?

Mon avis : J'ai une image très arrêté sur les vampires. J'ai découvert ses derniers et leur univers au travers de l'écriture d'Anne Rice, et malgré toutes ses années j'ai toujours autant de mal à me détacher de sa vision, tellement elle m'a plut. Pendant de nombreuses années, je me suis donc bien passée de découvrir "Underworld" et son univers, même si je suis toujours curieuse face à un film. Quinze ans après, je découvre donc l'univers de cette saga au travers de son premier opus et de ses effets spéciaux mal vieillit. Et bien... C'est une saga grand public, on y retrouve ses codes propres : action sans pause, clichés de la guerre vampire contre loup garou, cliché dans leur représentation (les loups dans les égouts, les vampires dans des demeures de maître avec une déco très baroque), par dessus on rajoute une romance prévisible à souhait et totalement inutile à l'histoire, des armes et des costumes badass et le tour est joué ! C'est d'autant plus dommageable que l'histoire est intéressante et travaillé. Avec une (presque) révélations à la fin. Je reconnais avoir apprécié le jeu de Kate Beckinsale qui a su suscité l'intérêt des spectateurs. J'ai été très surprise de découvrir Bill Nighy et ai adoré son personnage ! J'aurais tellement aimé en savoir plus. Même si le film semble travailler au niveau des décors, des costumes, de sa lumière, et de son histoire, j'ai trouvé cela globalement mauvais. Maintenant à voir si c'est à mettre sur le compte du temps qui passe et de l'époque où si cela incombe à la saga.

2,5 étoiles.

Voir les commentaires

Thelma et Louise

Publié le par Emy Lee

Sortie le 29 mai 1991.

Titre original : Thelma & Louise.

Réalisé par Ridley Scott, scénario de Callie Khouri, et musique d'Hans Zimmer.

Acteurs : Susan Sarandon (Louise Sawyer), Geena Davis (Thelma Dickinson), Harvey Keitel (Hal Slocumb), Michael Madsen (Jimmy), Christopher McDonald (Darryl Dickinson), Stephen Tobolowsky (Max), Brad Pitt (J. D.), Timothy Carhart (Harlan), Lucinda Jenney (Lena), Jason Beghe (Policier), Ken Swofford (Major), Sonny Carl Davis (Albert) et Marco St John (Chauffeur de camion).

Histoire : Deux amies, Thelma et Louise, frustrées par une existence monotone l'une avec son mari, l'autre avec son petit ami, décident de s'offrir un week-end sur les routes magnifiques de l'Arkansas. Premier arrêt, premier saloon, premiers ennuis et tout bascule. Un événement tragique va changer définitivement le cours de leurs vies.

Mon avis : "Thelma et Louise" est un road movie portée par des femmes qui casse les codes classiques du cinéma ! De prime abord, Thelma est une femme au foyer, entretenue par son richissime mari, soumise aux décisions de ce dernier. Louise apparaît plus indépendante, travaillant en tant que serveuse, ayant son propre logement et pourtant accro à son compagnon musicien. Toutes deux décident de fuir la monotonie de leur quotidien et s'offre un week-end de pêche à la montagne. Seulement en chemin, rien ne va ce passer comme prévu, et un événement va venir perturber leurs plans et leurs quotidiens. Au travers des magnifiques mais rudes paysages de l'Arkansas, les deux protagonistes vont se révéler et évoluer. Et finalement, la leadeuse ne sera pas celle que l'on croit ! Leur évolution se fera tant par leur comportement que par leur vêture. Les paysages jouent également un rôle important dans cette transformation. On se laisse assez vite porté par ce road trip en compagnie de Thelma et Louise, malgré quelques scènes convenues, on apprécie leur compagnie, leur voyage et leur évolution. Le duo formé par Susan Sarandon et Geena Davis est magnifique, à la fois naïve et dure, elles font un magnifiques travaillent avec leurs personnages respectifs. Harvey Keitel, Michael Madsen et Brad Pitt, que l'on a plaisir à découvrir, ne font qu'accompagner nos deux actrices dans leur cavale. Le scénario est passionnant, la réalisation magnifique et la bande original entraînante. Tout est réuni pour nous faire passer un bon moment, et accompagné notre duo. Le seul bémol à mes yeux, la scène finale que je ne comprends pas, prenant certainement en compte toutes les possibilités qui s'offraient à elles, c'était très certainement la dernière que j'aurais prise.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

L'invité

Publié le par Emy Lee

Sortie le 19 septembre 2007.

Réalisé par Laurent Bouhnik, scénario de David Pharao d'après son œuvre, et musique d'Alexandre Mahout.

Acteurs : Daniel Auteuil (Gérard), Valérie Lemercier (Colette), Thierry Lhermitte (Alexandre), Hippolyte Girardot (Pontignac), Artus de Penguern (Bonnot), Mar Sodupe (Sophia), Marianne Viard (Secrétaire) et Ludovic Berthillot (Rudy).

Histoire : Cinquante ans, trois de chômage, des indemnités en chute libre... Gérard est au bout du rouleau, quand s'offre à lui un poste en Indonésie. Pour se concilier les faveurs de son nouvel employeur, Gérard l'invite à dîner à la maison. Erreur fatale ! Affolée à l'idée de ne pas être à la hauteur, sa femme Colette supplie Alexandre, leur voisin de leur venir en aide. Gourou de la communication, Alexandre relève le défi et relooke le couple en vingt-quatre heures. Appartement, décoration, style de vie, menu du dîner, tenues vestimentaires, culture générale... Tout y passe !!!

Mon avis : Le film se regarde, mais en dehors de son casting, il n'a rien de bien exceptionnel. Je pense que la pièce de David Pharao devait être beaucoup plus intéressante (comme souvent) et avoir une bonne mise en scène. Les adaptations de pièces sont souvent un échec, et "L'invité" ne fait pas exception. C'est une histoire parfaite pour le théâtre mais qui n'a pas grand intérêt pour un long métrage. Au bout d'un moment, on a même le sentiment que le trio d'acteurs ne semblent pas très à l'aise et peu convaincu par leur rôle... En tous cas, on les a connu bien meilleur ! Le film se regarde mais ne laisse pas un souvenir impérissable.

2 étoiles.

 

Voir les commentaires

Drive

Publié le par Emy Lee

Sortie le 05 octobre 2011.

Réalisé par Nicolas Winding Refn, scénario d'Hossein Amini d'après l’œuvre de James Sallis, et musique de Cliff Martinez.

Acteurs : Ryan Gosling (Driver), Carey Mulligan (Irene), Bryan Cranston (Shannon), Albert Brooks (Bernie Rose), Oscar Isaac (Standard Guzman), Christina Hendricks (Blanche), Ron Perlman (Nino), Cesar Garcia (José), Sarah Adela Tirado (Fille gangster), Tiara Parker (Cindy), Christian Cage (Christian), James Biberi (Chris Cook), Chris Muto (Jack), Wray Gould (Propriétaire du Pawn Shop) et Kaden Leos (Benicio).

Histoire : Un jeune homme solitaire, "The Driver", conduit le jour à Hollywood pour le cinéma en tant que cascadeur et la nuit pour des truands. Ultra professionnel et peu bavard, il a son propre code de conduite. Jamais il n’a pris part aux crimes de ses employeurs autrement qu’en conduisant - et au volant, il est le meilleur ! Shannon, le manager qui lui décroche tous ses contrats, propose à Bernie Rose, un malfrat notoire, d’investir dans un véhicule pour que son poulain puisse affronter les circuits de stock-car professionnels. Celui-ci accepte mais impose son associé, Nino, dans le projet. C’est alors que la route du pilote croise celle d’Irene et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul. Lorsque le mari d’Irene sort de prison et se retrouve enrôlé de force dans un braquage pour s’acquitter d’une dette, il décide pourtant de lui venir en aide. L’expédition tourne mal…

Mon avis : Depuis sa sortie, on me parle de ce film, criant au génie. Pourtant plus je lis le synopsis, moins il me donne envie. Toutefois ma curiosité grandit d'année en année, et je finis par le découvrir. Clairement, je n'ai pas été déçue du voyage, j'en regrette de ne pas être aller le découvrir au cinéma pour apprécier davantage le travail de réalisation de Nicolas Winding Refn. J'ai fortement apprécié la qualité de la réalisation, tout comme les détails dans les décors et l'utilisation de l'environnement. Si Ryan Gosling tient le rôle principale, les rôles secondaires n'ont rien à lui envier car ils sont tout aussi attachant, intéressant et important que lui. Ryan Gosling est impressionnant dans ce rôle qui lui va comme un gant. Bryan Cranston est impressionnant est touchant, j'aurais voulu en savoir plus sur l'histoire de son personnage. J'aurais voulu secouer Carey Mulligan, preuve qu'elle tient également très bien son rôle.  Les scènes s'enchaine à un rythme effréné ! On est toujours curieux d'en savoir plus ! Drive a été une très belle découverte, et je regrette de ne pas l'avoir vu plus tôt !

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Mademoiselle de Joncquières

Publié le par Emy Lee

Sortie le 12 septembre 2018.

Réalisation et scénario par Emmanuel Mouret d'après l’œuvre de Denis Diderot, et musique de Maxime Gavaudan, François Mereu et Mélissa Petitjean.

Acteurs : Cécile de France (Madame de la Pommeraye), Edouard Baer (Marquis des Arcis), Alice Isaaz (Mademoiselle de Joncquières), Natalia Dontcheva (Madame de Joncquières), Laure Calamy (Amie de Madame de Pommeraye) et Jean-Michel Lahmi (Noble), Gabrielle Atger (Noble), Alban Casterman (Premier valet du Marquis), Franck Guérin (Homme de main du Marquis), Sébastien Laudenbach (Peintre) et Iakovos Pappas (Joueur d'épinette).

Histoire : Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...

Mon avis :Intriguée par cette histoire et porté par mon intérêt pour les films à costumes, j'avais hâte de découvrir le film d'Emmanuel Mouret. Le film est intéressant, ce dernier nous démontre le pouvoir d'une femme, sa vengeance sous couvert de bonté. Tout est travaillé, les costumes, les décors, les paysages, la lumière, les dialogues. Et on su suscité mon intérêt. Toutefois, j'ai été vite lassé par les dialogues mesurés. J'ai également vite eu l'impression que l'on tournait en rond. Le film est très beau, l'histoire intéressante, et pourtant il y a mais... Que je n'arrive pas à pointer concrètement, mais quelques choses m'a dérangé ou lassé. Le film m'aura au moins permis de découvrir Diderot, de m'y intéresser et peut-être de découvrir l’œuvre.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

L'amour est une fête

Publié le par Emy Lee

Sortie le 19 septembre 2018.

Réalisation et scénario par Cédric Anger, et musique de Grégoire Hetzel.

Acteurs : Guillaume Canet (Franck / Martin), Gilles Lellouche (Serge / Georges), Michel Fau (Maurice Vogel), Camille Razat (Caprice / Virginie), Xavier Beauvois (Henri Pachard), Elisa Bachir Beay (Mélissa), Marilyn Jess (Nadine), Joséphine de la Baume (Linda), Quentin Dolmaire (Vincent), Alban Ceray (Michel), Clémentine Baert (Nathalie), Xavier Alcan (Baccardi), Christian Gregori (Bazin) et Louis-Do de Lencquesaing (Propriétaire du château).

Histoire : Paris, 1982. Patrons d’un peep show, Le Mirodrome, criblés de dettes, Franck et Serge ont l’idée de produire des petits films pornographiques avec leurs danseuses pour relancer leur établissement. Le succès est au rendez-vous et ne tarde pas à attirer l’attention de leurs concurrents. Un soir, des hommes cagoulés détruisent le Mirodrome. Ruinés, Franck et Serge sont contraints de faire affaire avec leurs rivaux. Mais ce que ces derniers ignorent, c’est que nos deux « entrepreneurs » sont des enquêteurs chargés de procéder à un coup de filet dans le business du « X » parisien. C’est le début d’une aventure dans le cinéma pornographique du début des années quatre-vingt qui va les entraîner loin. Très loin...

Mon avis : Le film de Cédric Anger est plutôt sympathique, nous présentant l'industrie du "X" sous un jour différent, certes un peu romancer mais intéressant toutefois. Sous couvert d'une enquête policière, on découvre le business des peep show, la construction et la réalisation de film X. Cédric Anger nous présente cela comme une colonie de vacance sex & drugs. Occultant tout le négatif de ce genre d'entreprise, la contrainte,... On passe un bon moment, le duo Lellouche / Canet fonctionne toujours aussi bien, mais le film ne laissera pas un souvenir impérissable.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Le grand bain

Publié le par Emy Lee

Sortie le 24 octobre 2018.

Réalisé par Gilles Lellouche, scénario d'Ahmed Hamidi, Julien Lambroschini et Gilles Lellouche, et musique de John Brion.

Acteurs : Mathieu Amalric (Bertrand), Guillaume Canet (Laurent), Benoît Poelvoorde (Marcus), Jean-Hughes Anglade (Simon), Leïla Bekhti (Amanda), Virginie Efira (Delphine) Marina Foïs (Claire), Philippe Katherine (Thierry), Félix Moati (John), Alban Ivanov (Basile), Noée Abita (Lola), Pierre Pirol (Benoit Jacquot), Jonathan Zaccaï (Thibault), Mélanie Doutey (Clem), Erika Sainte (Diane), Tamilchelvan Balasingham (Avanish), Claire Nadeau (Mère de Laurent) et Virgile Bramly (Petit-ami de Delphine).

Histoire : C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie...

Mon avis : Je ne saurais toujours pas l'expliquer mais j'ai été attirée par ce film dès que j'ai lu un article qui lui était consacré dans Studio magazine. Ma curiosité s'est donc amplifiée à l'annonce de l'avant-première. Pour moi, le film remplit un double contrat : comédie et social. Comédie car je n'avais pas ris comme ça depuis très longtemps. Des gags et des répliques bien amenés, bien dosés et qui ne cherche pas la surenchère. Cela paraît juste naturel de part la personnalité des personnages, et de la trame. Un régal pendant plus de deux heures. Et le plan "social" car j'ai pu analyser les personnages jusqu'à plus soif, tellement il y avait de la matière. Et la travailleuse sociale en moi n'est pas resté sur sa fin, puisque la finalité de chacun est travaillée, la problématique accepté ou effacé. Ce premier long métrage de Gilles Lellouche est un petit bijou, moi qui restait sur la réserve par peur d'une sur-médiatisation pour une finalité en-dessous de l'imaginaire qu'on pouvait s'en faire. Les plans, la lumière, les couleurs, tout est travaillé avec une justesse. Le scénario m'a comblé, j'ai ris, j'ai eu de l'empathie, j'ai été en colère, j'ai été surprise,... un régal. Et le casting est une mine d'or, on aurait pu craindre d'avoir autant de tête d'affiche, mais on est embarqué par cette bande de potes, ses personnages qui collent parfaitement aux acteurs. Ma petite préférence pour les personnages de Philippe Katherine et Guillaume Canet, tellement j'ai aimé leur problématique. La bande originale est également très jolie, j'ai apprécié la musique thème et les différents morceaux qui agrémentent le film. J'ai passé un très bon moment devant ce film, j'ai énormément ris et j'ai fortement apprécié les anecdotes apporté par Gilles Lellouche et Guillaume Canet en fin de visionnage. Ils ont tous deux su transmettre la bonne ambiance du film et l'échange était très plaisant.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Première année

Publié le par Emy Lee

Sortie le 12 septembre 2018.

Réalisation et scénario par Thomas Lilti, et musique d'Alexandre Lier, Sylvain Ohrel et Nicolas Weil.

Acteurs : Vincent Lacoste (Antoine Verdier), William Lebghil (Benjamin Sitbon), Michel Lerousseau (Serge), Darina Al Joundi (Martine), Benoît Di Marco (François), Graziella Delerm (Annick), Guillaume Clerice (Vincent Grimaldi), Alexandre Blazy (Simon Sitbon) et Noémi Silvania (Nenni). 

Histoire : Antoine entame sa première année de médecine pour la troisième fois. Benjamin arrive directement du lycée, mais il réalise rapidement que cette année ne sera pas une promenade de santé. Dans un environnement compétitif violent, avec des journées de cours ardues et des nuits dédiées aux révisions plutôt qu'à la fête, les deux étudiants devront s’acharner et trouver un juste équilibre entre les épreuves d’aujourd’hui et les espérances de demain.

Mon avis : On nous a toujours présenté la première année de médecine comme une année difficile et décisive. Après avoir vu ce film, je peux dire que j'étais très loin de m'imaginer l'esprit de compétition, l'individualisme des étudiants, les réflexions et les méchancetés de cette compétition. Antoine et Benjamin semble être des ovnis dans cette faculté, et on a plaisir à les suivre. Le film m'a rappelé mon année de concours, même si elle était beaucoup plus simple que celle visionnée. On aurait pu penser le film lassant voir ennuyant à force de visionner des étudiants en pleine révision. Finalement aucune lourdeur, aucun ennuie, le montage est bien construit. De fait on reste captivé du début à la fin et on s'attache aux deux protagonistes. Antoine et Benjamin ont chacun leur problématique et on va très vite les découvrir. J'ai également beaucoup apprécié le duo formé par Vincent Lacoste et William Lebghil qui fonctionne bien à l'écran. Une belle découverte pour ma part, j'ai passé un très bon moment au cœur des révisions, des concours (je n'aurais jamais pensé dire cela un jour), et j'ai la certitude que médecine, ce n'était pas pour moi.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Downhill

Publié le par Emy Lee

Sortie en 1927.

Réalisé par Alfred Hitchcock, scénario d'Eliot Stannard.

Acteurs : Ian Hunter (Archie), Isabel Jeans (Julia Fotherningale), Ivor Novello (Rody Berwick), Ben Webster (Dr Dawson), Robin Irvine (Tim Wakely), Lilian Braithwaite (Lady Berwick), Jerrold Robertshaw (Rev Henry Wakely), Annette Benson (Mabel) et Barbara Gott (Madame Michet).

Histoire : Un jeune étudiant, injustement accusé du vol commis par un de ses amis, préfère la honte du renvoi à une dénonciation. Rejeté par sa famille, il est du même coup déclassé et mis à l'épreuve de la vie et de la misère.

Mon avis : Hitchcock me met à l'épreuve, après la comédie musicale, cette fois c'est un long métrage muet. Moi qui ne suis pas fan du genre, j'ai été servie. Si effectivement le muet m'a bloqué car il ne comble pas mon envie d'en savoir plus (je n'avais par exemple pas compris de quoi on accusait Archie), je dois doute fois reconnaitre la qualité de la réalisation et du jeu des acteurs. Ian Hunter est impressionnant, accentuant ses émotions sans en faire trop. Le sujet traité par le film était intéressant, même si je me suis assez vite ennuyée. Une belle découverte.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 > >>