Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Harry Potter et le Prince de sang mêlé

Publié le par Emy Lee

Harry Potter et le Prince de sang mêlé

Sortie le 15 juillet 2009.

Titre original : Harry Potter and the half-blood Prince.

Réalisé par David Yates, scénario de Steve Kloves d'après le roman de J. K. Rowling, et musique de Nicholas Hooper.

Acteurs : Daniel Radcliffe (Harry Potter), Rupert Grint (Ron Weasley), Emma Watson (Hermione Granger), Bonnie Wright (Ginny Weasley), Evanna Lynch (Luna Lovegood), Jessie Cave (Lavande Brown), Jim Broadbent (Professeur Horace Slughorn), Michael Gambon (Professeur Albus Dumbledore), Helena Bonham Carter (Bellatrix Lestrange), Helen McCory (Narcissa Malefoy), Tom Felton (Drago Malefoy), Robbie Coltrane (Rubeus Hagrid), Alan Rickman (Severus Rogue), Maggie Smith (Minerva McGonagall), Warwick Davis (Filius Flitwick), Davied Bradley (Argus Rusard), Hero Fiennes Tiffin (Tom Jedusor à 11 ans), Frank Dilane (Tom Jedusor à 16 ans), Ralph Fiennes (Lord Voldemort), Julie Walters (Molly Weasley), Mark Williams (Arthur Weasley), James Phelps (Fred Weasley), Oliver Phelps (George Weasley), Dave Legeno (Fenrir Greyback), Natalia Tena (Nymphadora Tonks), David Thewlis (Remus Lupin), Matthew Lewis (Neville Londubat), Katie Leung (Cho Chang), Afie Enoch (Den Thomas=; Timothy Spall (Peter Pettitgrew) et Gemma Jones (Madame Pomfresh).

Histoire : L'étau démoniaque de Voldemort se resserre sur l'univers des Moldus et le monde de la sorcellerie. Poudlard a cessé d'être un havre de paix, le danger rode au cœur du château... Mais Dumbledore est plus décidé que jamais à préparer Harry à son combat final, désormais imminent.

Mon avis : Vraiment étonnée, et je ne cesserai de le dire. Je m'attendais à ne faire que des critiques négative tellement j'avais détesté les adaptations cinématographique et je ne savais comment les personnes pouvait comprendre un traitre mot de l'histoire sans avoir lu les romans. Mais le temps à fait son œuvre, et ayant lu d'autre livre depuis, j'avoue que revoir ses films m'a permis de me replonger dans le bain et donne une trame principal de l'histoire. Certes il manque de nombreux détails, qui nous lecteurs nous indigne par leur absence tellement il nous semble important. Or, je dois bien admettre que le principal est représenté, pas toujours de la bonne façon mais n'est pas là. Ici il nous manque toute l'intrigue autour du prince de Sang mêlé qu'on nous balance entre le fromage et le dessert et un ignoble flashback ! Alors que tout ce construit au fur et à mesure des cours qu'Harry prend avec Severus. Mais la je commence à m'égarer et à spoiler, j'en reviens au film. Comme depuis le tout premier, les effets spéciaux sont du plus grand effet notamment avec la scène d'ouverture qui envoie du lourd mais c'est bien le seul point à noter, il n'y a pas de grands effort à noter ormis celui-ci, la place de la caméra semble ancrée dans cette saga un rôle qui nous change pas, absence d'émotion des acteurs c'est la magnifique bande original qui fait le boulot (et heureusement). Les personnages évoluent et le jeu des acteurs également, c'est un régal. Cette évolution (comme dans les livres) convient à tout adolescent qui s'identifie à cette évolution qui dis-je cette transformation. Vous le savez d'ors et déjà je préfère de très loin les romans de J.K. Rowling aux adaptations de la saga, mais je dois bien reconnaître que pour s'y replonger et ramener les souvenirs c'est idéal. Je ne saurais que trop vous conseillez le livre, mais les films avec des années de recul s'en sorte plutôt bien finalement.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Coquin de printemps

Publié le par Emy Lee

Coquin de printemps

Sortie en 1947.

Titre original : Fun and fancy free.

Réalisé par Jack Kinney, Bill Roberts, Hamilton Luske et William Morgan, scénario d'Homer Brightman, Edon Dedini, Lance Nolley, Tom Oreb, Harry Reeves et Ted Sears, et musique de Charles Wolcott et Oliver Wallace.

Doublage : Roger Carel (Jiminy Cricket / Edgar Bergen et ses marionnettes), Kelly Marot (Luana), Marie Ruggeri (Narratrice), Jean-François Kopf (Mickey Mouse), Sylvain Caruso (Donald Duck), Gérard Rinaldi (Dingo), Richard Darbois (Willie le géant) et Bénédicte Lécroart (Harpe enchanté).

Histoire : Le film est un tremplin pour lancer deux moyens métrages relativement différents. Le premier illustre l'histoire de Bongo, un ourson de cirque qui retrouve la liberté, et le second reprend l'histoire de Jack et le haricot magique avec notre trio de personnage disney préféré.

Mon avis : Deux charmantes histoires qui nous sont contés dans ce film. La première illustrant très bien le printemps avec la saison des amours en pleine forêt. C'est un peu moins le cas dans le second, qui est d'ailleurs entrepris par un ventrilogue qui pour moi le fait aussi bien que je pourrais certainement le faire. Pas fameux. Et on a ensuite l'histoire de Jack et le haricot magique à la sauce Disney (comme beaucoup d'autres depuis). C'est plaisant mais point trop n'en faut. Une fois de plus ses deux histoire ont été reprise sur d'autres vidéos et sont aujourd'hui trop connu pour être pleinement apprécier. Si c'est le premier visionnage, vous en garder un très bon souvenir, les histoires étant prenantes et les personnages attachants et plein d'humour.

3 étoiles

Voir les commentaires

Mélodie Cocktail

Publié le par Emy Lee

Mélodie Cocktail

Sortie en 1948.

Titre original : Melody Time.

Réalisé par Clyde Geronimi, Wilfred Jackson, Jack Kinney et Hamilton Luske, scénario de Winston Hibler, Harry Reeves, Ken Anderson, Erdman Penner, Homer Brightman, Ted Sears, Joe Rinaldi, Bill Cottrell, Jesse Marsh, Art Scott, Bob Moore et John Walbridge, et musique d'Eliot Daniel, Ken Darby et Paul J. Smith.

Histoire : Ce long métrage, autour de la musique, recueil sept courts-métrages mettant la musique et son rapport à l'image en lumière. Le film se présente comme une séance d'opéra.

Mon avis : Si les courts-métrages sont sympathiques, ils sont malheureusement vu et revu car utilisé depuis sur de nombreux supports vidéos. Ils sont cependant plaisant et se laissent facilement regarder. Le premier est d'ailleurs un classique en période de Noël. Toujours plaisant car des temps courts et généralement les enfants apprécient que l'histoire change. Je ne suis pas particulièrement fan, j'ai largement préféré Fantasia.

2 étoiles.

Voir les commentaires

Les trois caballeros

Publié le par Emy Lee

Les trois caballeros

Sortie en 1944.

Réalisé par Clyde Geronimo, Jack Kinney, Bill Roberts et Norman Ferguson, scénario de Roy Williams, William Cottrel, Del Connell, James Bodrero, Homer Brightman, Ernest Terrazzas, Ted Sears, Elmer Plummer, Ralph Wright et Bill Peet, et musique d'Edward H. Plumb, Paul J. Smith et Charles Wolcott.

Acteurs : Billy Daniel (Danseur brésilien) et Aurora Miranda (Danseuse brésilienne).

Doublage : Camille Guérini (Narrateur), Teddy Bilis (Professeur Holloway), Marianne Michel, Jean Berger et Fernand Rauzena.

Histoire : Donald fête son anniversaire. En cette occasion ses amis d'Amérique du Sud lui ont envoyé un énorme cadeau contenant de nombreuses surprises.

Mon avis : Petite j'étais fan de cette bande de Caballeros tout autant que les court-métrages et chansons présentes dans ce film. On retrouve l'esprit de Saludos Amigos en mieux, les courts-métrages sont sympathiques, drôles voir touchant et de nombreuses couleurs. Les chansons et leur mélodies restent un bon moment dans la tête. Un nouveau pari réussi pour les studios Disney et une mention spécial à mon ami le pingouin que j'adore. Petits et grands y trouveront leur compte pour un moment de plus en famille.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Saludos amigos

Publié le par Emy Lee

Saludos amigos

Sortie en 1942.

Réalisé par Wilfred Jackson, Jack Kinney, Hamilton Luske et Bill Roberts, scénario de Ralph Wright, Roy Williams, Harry Reeves, Dick Huemer, Joe Grant et Homer Brightman, et musique d'Edward H. Plumb et Paul J. Smith.

Doublage : Philippe Catoire (Narrateur), Sylvain Caruso (Donald Duck), Eric Métayer (José Carioca), Gérard Rinaldi (Dingo) et Xavier Fagnon (Radio).

Histoire : Ce long métrage raconte le voyage en Amérique du Sud d'un groupe d'artistes des studios Disney. Ils regroupent différents courts-métrages, illustrant les rencontres de ce voyage.

Mon avis : Saludos amigos est un long métrage d'animation rempli de couleur et de musique entraînante. On découvre également de nouveaux personnages qui vont se rajouter à longue liste de ceux représentant les studios. Si le film n'est pas un grand classique au sens où on l'entend, le mélange entre les prises de vues réelles et les animations est toujours un plaisir à voir. Ce n'est certainement pas mon préféré mais j'aime encore bien le visionné de temps à autre, histoire de me dépaysé entre le Mexique et le Pérou.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Le silence des agneaux

Publié le par Emy Lee

Le silence des agneaux

Sortie le 10 avril 1991.

Titre original : The silence of the lambs.

Réalisé par Jonathan Demme, scénario de Thomas Harris et Ted Tally d'après l'oeuvre de Thomas Harris, et musique d'Howard Shore.

Acteurs : Anthony Hopkins (Hannibal Lecter), Jodie Foster (Clarice Starling), Scott Glenn (Jack Crawford), Ted Levine (James "Buffalo Bill" Gumb), Roger Corman (Directeur du FBI), Chris Isaak (Chef des commandos), George A. Romero (Agent du FBI), Anthony Heald (Dr. Frederick Chilton), Brooke Smith (Catherine Martin), Charles Napier (Sergent Boyle), Diane Baker (Sénateur Ruth Martin), Dan Butler (Roden), Ron Vawter (Paul Krendler) et Tracey Walter (Lamar).

Histoire : Un psychopathe connu sous le nom de Buffalo Bill sème la terreur dans le Middle West en kidnappant et en assassinant de jeunes femmes. Clarice Starling, une jeune agent du FBI, est chargé d'interroger l'ex-psychiatre Hannibal Lecter. Psychopathe redoutablement intelligent et porté sur le cannibalisme. Lecter est capable de lui fournir des informations concernant Buffalo Bill ainsi que son portrait psychologique. Mais il n'accepte de l'aider qu'en échange d'informations sur la vie privée de la jeune femme. Entre eux s'établit un lien de fascination et de répulsion.

Mon avis : Lors de mon premier visionnage, j'avais de nombreuses fois entendu parler de ce film, chaque personne me détaillant l'angoisse ressentie. Imaginé donc moi, le regardant en plein jour et en sachant qu'il y a du monde autour de moi, enrouler dans une couette.... Imaginé donc ma déception quand le mot "fin" c'est affiché et que je n'avais pas eu un poil de frayeur ! J'avais certes aimé le film, les acteurs étaient très bon mais pas un poil qui frémit. Imaginé moi, huit ans plus tard, heureuse de découvrir ce monument au cinéma et en V.O. Et bien c'est lors de cette séance que j'ai compris l'angoisse. C'est Anthony Hopkins qui fait grave flipper ! Ses mimiques, son regard, ses paroles et l'analyse qu'il tire des gens. Et cette image finale de traque dans la rue, mon dieu ! Du même coup, j'ai aussi compris l'importance de regarder les films en version original. Si les premières minutes, je n'ai pas réussi à me détacher de la série "Hannibal" que je suis assidument et dont je suis fan, ce qui m'a un peu troublé car j'étais persuadé qu'elle était le pré-quel du silence des agneaux. J'ai apprécier ce film comme jamais. Tout les jeux de réalisations sont millimétrés aux détails près, captant à la fois le regard et donc l'angoisse des personnages que l'on se prend de plein fouet. Les acteurs sont malheureusement passé sous la trape par le duo formé par Jodie Foster et Anthony Hopkins. Ils sont tout bonnement magnifiques et on essaye de décrypter le jeu auquel ils jouent. Pour moi ce film est un chef d’œuvre car on a le sentiment que tout le monde se met en quatre pour que le film nous paraisse plus réaliste. Vraiment à découvrir si ce n'est pas encore fait, ne serait-se pour le merveilleux jeu d'Hopkins.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Corre Gitano

Publié le par Emy Lee

Corre Gitano

Sortie en 1981.

Réalisation et scénario par Tony Gatlif, et musique de Mario Maya et Juan de Loxa.

Acteurs : Mario Maya, Carmen Cortes, Manuel Cortes, Manuel de Paula et Tony Gatlif.

Histoire : Dans ce film, inédit en France, Tony Gatlif traîte au travers des différents arts culturels (Musique, danse, poésie et cinéma), défends la condition et la culture gitane pour la première fois. Ce film mélange à la fois le documentaire et la comédie musicale, au travers des pas de flamenco du grand Mario Maya, et du quotidien des gitans dans l'Espagne des années 70-80.

Mon avis : J'avais vraiment hâte de découvrir l'un des premiers films de Tony Gatlif, d'autant plus qu'il n'avait jamais été dévoilé au grand public. J'étais donc impatiente de le découvrir pour vous en faire part ensuite. Or je ne sais si ce sont les huit jours de cinéma consécutifs ou tout bonnement le fait qu'il tire sur la comédie musicale, mais j'ai longtemps lutter pour ne pas m'endormir et j'ai fini par sombrer. Le mélange avec le flamenco est magnifique, c'est une danse superbe emprunte à la fois de force et de finesse et qui était fortement adapté au récit. Seulement les scènes sont tellement entre coupé entre le quotidien des gitans et ses pas de danses que nous ne savons plus le fil de l'histoire. On fini par être entraîné dans les pas de danse et on s'y perd. Pourtant tout est intéressant et s'est bien dommage, c'est un pari audacieux qu'à fait Tony Gatlif avec ses collaborateurs et je trouve bien dommage qu'il n'est jamais pu être diffusé malgré tout. Les images, les décors et les paysages sont magnifiques, les chorégraphies superbes, l'histoire prenante mais c'est le rendu qui ne colle pas. Tout cela est bien dommage. Toutefois si vous avez la chance de pouvoir le voir, le coup d’œil vaut le coup.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

The mend

Publié le par Emy Lee

The mend

Sortie en 2014.

Réalisation et scénario par John Magary, et musique de Michi Wiancko et Judd Greenstein.

Acteurs : John Lucas, Stephen Plunkett, Mickey Summer, Lucy Owen, Cory Nichols et Austin Pendleton.

Histoire : Une nuit à Harlem, Mat, Vieillissant, renoue avec son jeune frère Alan, juste avant le départ de celui-ci pour des vacances planifiées depuis longtemps avec sa compagne Farrah. Quand Alan revient, il trouve son appartement réquisitionné par Mat, la petite amie de Mat, et le fils de cette dernière. Tandis que les portes claquent, que l'électricité se trouve coupée, et que les liens familiaux se dénouent, le mystère demeure : pourquoi Alan est-il rentré sans Farrah ?

Mon avis : Un film intéressant, bien que parfois dérangeant dans sa folie. Quelques longueurs enregistrés également mais cela passe pour autant. L'histoire est prenante, seulement le pseudo mystère autour de Farrah n'en est pas un, on devine bien avant leur voyage ce qui va se passer. L'intérêt est de voir la relation entre frère se renouer comme l'auto destruction de Mat déteins sur Alan. Une belle histoire entre eux, dans cette famille aux nombreuses problématiques qui nous permettent d'analyser le devenir des personnages. Sans être exceptionnel, le film reste intéressant et prenant. Les acteurs sont convaincants, j'ai beaucoup apprécier le personnage de Matt, que je trouve bien jouer. Celui d'Alan également mais dans un autre genre. Les acteurs sont donc convaincants et jouent très bien leur rôle même si on aurait pu davantage les exploiter et leur apporter des touches de folies.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

A tale

Publié le par Emy Lee

A tale

Sortie en 2014.

Réalisation et scénario par Katrin Thomas.

Histoire : En 1992, la ville de Los Angeles connait les émeutes raciales les plus violentes depuis les années 1960. Sur la mythique autoroute Pacific Higway, la réalisatrice se confronte à l'improbable face caché du monde.

Mon avis : Ce dernier va être très court.Puisque je n'ai absolument pas compris l'intérêt et d'autant plus en lisant le synopsis qui est très différent de ce que j'ai vu et vécue. Pour moi c'est une femme qui raconte un récit à un public, un récit dont on attend une chute plus ou moins spectaculaire qui pour autant ne vient pas. Je n'ai pas vu le lien avec les émeutes de Los Angeles, peut être n'étais-je pas dedans. Une déception, même si je n'en attendais rien, je devrais plutôt dire une incompréhension du début à la fin pendant quatorze minutes.

0,5 étoiles.

Voir les commentaires

Gente de bién

Publié le par Emy Lee

Gente de bién

Sortie le 18 mars 2015.

Réalisé par Franco Lolli et scénario de Catherine Paillé et Franco Lolli.

Acteurs : Brayan Santamaria (Eric), Alejandra Borrejo (Maria Isabel), Carlos Fernando Perez (Gabriel), Santiago Martinez (Fils de Maria Isabel) et Sofia Rivas (Mère d'Eric).

Histoire : Eric, dix ans, se retrouve à vivre du jour au lendemain avec Gabriel, son père qu'il connaît à peine. Voyant que l'homme a du mal à construire une relation avec son fils et à subvenir à leurs besoins, Maria Isabel, la femme pour laquelle Gabriel travail comme menuisier, décide de prendre l'enfant sous son aile.

Mon avis : Un très beau film, qui traite bien plus que de la relation père fils d'une famille. On plonge dans un univers et un contexte particulier. Dans la classe pauvre de Colombie, qui tente de vivre et nous plonge dans des plaisirs simple, confronté à l'abandon d'une mère dont on ne sait si elle récupérera l'enfant et d'une classe bourgeoise pensant grâce à l'argent de pouvoir élever un enfant dans de manières conditions et sous de meilleurs auspices qu'une famille n'arrivant pas à joindre les deux bouts. Un abus de pouvoir, pour moi, qui se traduit tout au long du film par un rabaissement et une intrusion dans le quotidien de cette famille.Un film touchant, poignant où l'on ne peut ressentir que de l'empathie pour les personnages. Une très belle découverte, avec une réalisation simple mais efficace, un scénario qui est certes déjà vu mais pas avec autant de misère sociale et de conviction d'être plus puissants les uns que les autres. Et finalement, un lien attachant et existant entre un père et son fils qui ont juste des difficultés à s'accepter et à oublier le temps de l'absence. Je ne peux que vous le conseiller dès sa sortie en salle, il est vraiment très beau et à été totalement différent de ce à quoi je m'attendais.

4 étoiles.

Voir les commentaires