Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Jetsons : le film

Publié le par Emy Lee

Sortie en 1990.

Titre original : Jetsons : The movie.

Réalisé par Joseph Barbera et William Hanna, scénario de Dennis Marks, et musique de John Debney.

Doublage : Michel Prud'homme (George Jetsons), Monique Thierry (Jeanne Jetsons), Marie-Christine Robert (Julie Jetsons), Michel Vigné (Eloi Jetsons), Georges Berthomieu (Astro), Jacqueline Staup (Rosie, le robot), Gérard Hernandez (M. Espaciton), Pascal Légitimus (Rudy-2), Joséphine Pitrelli (Lucy-2), Benjamin Prud'homme (Teddy-2), Benoît (Alfredo Falbala), Ludivine Lubaki (Alfredette Falbala), Jérôme Rebbot (Apollo bleu) et Emmanuel Karsen (Rick la roquette).

Histoire : George Jetsons et sa famille vive dans une ville du futur très prisé. Seul inconvénient, il a aujourd'hui beaucoup trop d'habitant : bouchon, queue dans les supermarchés... Mais la solution arrive très vite, lorsque Georges est promu au poste de Directeur d'une des fabriques de son patron M. Espasiton. Toute la famille déménage pour un astéroïde où ils vont faire de nouvelle rencontre et pas toujours là où elle l'attendait...

Mon avis : En cherchant à retrouver la série qui a bercé mon enfance, j'ai découvert ce film dont je n'avais jamais eu vent. J'étais affreusement pressée de le découvrir et je ne me suis pas fait priée pour le découvrir. Malheureusement j'ai été déçue assez rapidement, les doubleurs ne sont pas ceux de la série, et les noms des personnages ont changé pour les rendre plus français... ça commençait plutôt mal... Mais la nostalgie était toutefois présente et j'ai redécouvert mes personnages préférés avec beaucoup de plaisir. Toutefois le format long métrage est peu réussi, on passe par des moments vide, on s'ennuie un poil (bon peut être parce que j'ai aussi bien grandie). Les nouveaux personnages sont plaisants et attachants et la morale plutôt sympathique. On retrouve bien l'univers d'Hanna et Barbera, ce qui était fort plaisant malgré un scénario peu original. J'ai été contente de le découvrir, et je serai heureuse de le faire découvrir à mes enfants plus tard (qui me feront certainement comprendre la nullité du film et casserons ma nostalgie).

2 étoiles.

Voir les commentaires

SOS fantômes

Publié le par Emy Lee

Sortie le 10 août 2016.

Titre original : Ghostbusters.

Réalisé par Paul Feig, scénario de Katie Dippold et Paul Feig d'après l'oeuvre d'Ivan Reitman, Dan Aykroyd et Harold Ramis, et musique de Theodore Shapiro.

Acteurs : Melissa McCarthy (Abby Yates), Kristen Wiig (Erin Gilbert), Kate McKinnon (Jillian Holtzmann), Leslie Jones (Patty Tolan), Cheis Hemsworth (Kevin), Charles Dance (Harold Filmore), Michael K. Williams (Agent Hawkins), Andy Garcia (maire de New York), Bess Rous (Gertrude), Matt Walsh (Rourke), Neil Casey (Rowan), Bill Murray (Martin Heiss), Ernie Hudson (Oncle Bill), Sigourney Weaver (Rebecca Gorin), Karan Soni (Benny), Ed Begley Jr (Ed Mulgrave), Cecily Strong (Jennifer Lynch) et Steve Higgins (Dean).

Histoire : Après avoir écrit un livre passé inaperçus, Erin Gilbert convoite un poste à l'université dans laquelle elle enseigne depuis plusieurs années. Toutefois, ce livre et son ancienne ami d'université vont refaire surface et brisé sa carrière. Elle va alors rejoindre Abby et Jillian dans leur projet de combattre les fantômes et pourquoi pas les étudier. Elles ne se doutent cependant pas de ce qui les attendent...

Mon avis : J'ai craqué, je me suis laissée tenter. Et ce n'est pas aussi mauvais que je ne le pensais, mais sa reste quand même raté ! Il faut se mettre dans l'esprit que nous ne regardons pas une suite mais un remake de SOS fantômes, ce que je n'ai clairement pas réussi à faire. Pourtant il y avait de la volonté car les anciens membres du casting sont présent dans des rôles différents pour nous faire oublier leurs anciens rôles. L'idée d'une équipe féminine ne me déplaisait pas, nous sommes rarement mise en avant. Mais forcément, il fallait que le tout soit gâché par des remarques sexistes ou des scènes prouvant notre incompétences. Je ne suis pas féministe dans l'âme mais il y en a marre de voir les filles être ridiculiser alors que si on compare avec la version masculine, il n'y pas du tout les mêmes problématiques. C'est donc à coup de "pas mal pour une fille", "les filles sont toujours en retard", où des filles incapables de gérer leurs hormones qu'elles se sentent obliger de recruter le mec le plus incompétent au motif qu'il a un bon petit cul... Autant dire qu'à partir de ce constat, on m'a perdu. Je n'ai pu vu d'intérêt dans le film. La version original restant bien meilleur, d'autant que tout est essentiellement copié dans les idées. Bref ça aurait pu être un bon film, le casting aurait pu être intéressant mais je n'arrive pas à oublier l'original qui a bercé mon enfance et les remarques sexistes pendant une heure et trente minutes, non merci.

1,5 étoiles.

Voir les commentaires

Basil, détective privé

Publié le par Emy Lee

Sortie en 1986.

Titre original : The great mouse detective.

Réalisé par Ron Clements, Burny Mattinson et David Michener, scénario de Peter Young, Melvin Shaw, Matthew O'Callaghan, John Musker, Bruce M. Morris, David Michener, Steve Hulett, Vance Gerry et Ron Clements, et musique d'Henry Mancini.

Doublage : Roger Carel (Basil), Gérard Rinaldi (Ratigan), Philippe Dumat (Dr Dawson), Barbara Tissier (Olivia Flaversham), Jacques Deschamps (Fidget), Arlette Thomas (Mme Judson), Perrette Pradier (Reine des souris), Serge Lhorca Hiram Flaversham) et Marie Ruggeri (chanteuse de la taverne).

Histoire : En 1897, à Londres, Basil la souris détective est appellé à l'aide par Olivia. En effet, celle-ci a été témoin de l'enlèvement de son père, l'inventeur M. Flaversham, par une inquiétante chauve souris. L'enquêteur comprend alors qu'il s'agit de Fidget, le sous-fifre de l'ignoble Ratigan... Ce dernier a pour ultime dessein de prendre la place de la Reine des Souris ! Basile va alors tout faire pour l'en empêcher et ramener M. Flaversham sain et sauf auprès de sa fille.

Mon avis : C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je revisionne ce long métrage qui a bercé mon enfance. Il continue la ligné des changements de cap de Disney mais n'en reste pas moins intéressant. Suivant les traces de Sherlock Holmes, et en faisant un parallèle entre la vie de Basil et celle de Sherlock. On suit donc cette intrépide souris dans son projet de démanteler le plan de l'affreux Ratigan. L'ambiance est bien là, les codes du genre également et on passe un très bon moment. L'univers est plaisant malgré une ambiance sombre toujours présente. Les dessins sont plus affirmés qu'enfantin, et les décors vraiment chouette. Je vous invite fortement à le découvrir si ce n'est pas déjà fait. 

3 étoiles.

Voir les commentaires

Taram et le chaudron magique

Publié le par Emy Lee

Sortie le 27 novembre 1987.

Titre original : The blach cauldron.

Réalisé par Ted Berman et Richard Rich, scénario de Peter Young, Art Stevens, Rosemary Anne Sisson, Rich Hale, Roy Edward Disney, Al Wilson, John Musker, Richard Rich, Ted Berman, Ron Clements, Vance Gerry, David Jonas et Roy Morita, et musique d'Elmer Bernstein.

Doublage : Thierry Bourdon (Taram), Barbara Tissier (Eloïse), Jacques Deschamps (Dalben), Serge Lhorca (Ritournel), Philippe Dumat (Roi Bedaine), Roger Carel (Gurki), Guy Pierrault (Grièche), Jane Val (Goulue), Béatrice Delfe (Griotte) et Jean Violette (Seigneur des ténèbres).

Histoire : Taram est un jeune valet lassé de sa condition de vie, il aspire à devenir chevalier. Cependant, résigné, il continue de prendre soin de Tirelire une cochonne décrite comme différente et indispensable par son maître magicien. Taram va alors découvrir le secret de Tirelire et comprendre le pouvoir qu'elle renferme. En parallèle le seigneur des ténèbres sévi dans le pays, afin d'accroître ses pouvoirs il souhaite mettre la main sur le chaudron magique qui lui permettra de lever une puissante armée de mort-vivant. Seule Tirelier peut lui révéler l'endroit où il est enfermé. Taram part alors à l'aventure pour protéger Tirelier et la mettre à l'abri...

Mon avis : J'ai découvert ce film très tard, et on peut dire que j'ai été pour le moins surprise. Si déjà "Rox et Rouky" semblait plus sombre que les précédents longs métrage Disney, on change ici totalement de registre. Le film nous plonge dans un univers fantastique, à l'image du "Seigneur des Anneaux" (je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement tout le long du film). Cependant un l'instar des précédents, les dessins sont plus sombres, l'environnement plus mature et l'animation particulière. Adieu gentil, elf, fée ou encore farfadet, ici on plonge dans les ténèbres. Lors de mon premier visionnage j'ai été pour le moins choquée, et je n'ai pas du tout adhéré ni à l'univers, ni au film. Je le revisionne aujourd'hui en connaissance de cause, et je n'ai pas autant détesté que la première fois. Qu'est-ce qui a marché cette fois ? J'ai totalement occulté le côté Disney, d'ailleurs c'est un des rares longs métrages (si ce n'est le seul) qui ne comporte aucune chanson. L'univers est plus travaillé, plus poussé et semble plus mature que les autres longs métrage ce qui peut rebuter. N'oublions pas que derrière ce film ce cache un certain Don Bluth et un certain Tim Burton... d'un coup l'univers du film nous semble plus cohérent avec ses deux personnalités. Je ne pense pas que je me serais intéressée à ce film étant enfant, pour moi Disney c'était princesse, animaux parlant et chanson... même si certain points sont réunis ici (on a bien une princesse et Gurki), on ne sent pas la fibre correspondant au code du studio. Et c'est certainement ce qui a choqué à l'époque et qui lui a valu le titre de film maudit. Peu d'entrée, peu d'intérêt du public, et de fait peu de rediffusion à l'instar de ses pairs. Personnellement j'ai passé un bon moment, je ne suis pas une fan de l'univers, mais le film à davantage parlé à l'adulte que je suis, et m'a rappelé fortement les animations de Don Bluth, sombre, mature, mais avec une chouette morale à la fin et des personnages qui frôle la mort... Ce n'est pas le premier film qui me viendrait si on me demandait un Disney, mais il est intéressant à découvrir d'autant plus si vous êtes fan du genre.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Rox et Rouky

Publié le par Emy Lee

Sortie le 25 novembre 1981.

Titre original : The fox and the hound.

Réalisé par Richard Rich, Ted Berman et Art Stevens, scénario de Daniel P. Mannix, Peter Young, David Michener, Burny Mattinson, Earl Kress, Steve Hulett, Vance Gerry, Larry Clemmons et Ted Berman, et musique de Buddy Baker.

Doublage : Morgan Salez (Rox), Maïk Darah (Rox jeune), Marc François (Rouky), Jackie Berger (Rouky jeune), Paule Emanuele (Big Mama), Francis Lax (Chef), Jaqueline Porel (Porc-Epic), Gérard Hernandez (Blaireau), Arlette Thomas (Dinky), Roger Carel (Piqueur), Jeanine Forney (Vixy), Jacques Deschamps (Amos Slade) et Jane Val (Veuve Tartine).

Histoire : L'un est un renard et a été recueilli par une vieille femme qui prend soin de lui, l'autre est un chien de chasse adopté par un maître qui compte bien en faire l'un des meilleurs chiens de chasses. Une rencontre improbable et une amitié qui va l'être tout autant. Seulement cette amitié sera-t'elle plus forte que l'instinct naturel ?

Mon avis : Surement un des Disney les plus violent, si Bambi nous laisse un peu le temps d'appréhender les personnages, ce n'est pas le cas ici. Après un générique d'intro plutôt long et qui ne montre pas grand chose, on tombe nez à nez avec la mère de Rox pendant... quoi... une minute... et paf le renard ! En un film, Rox perd sa mère et est abandonné par sa mère adoptive ! Ben voila tout est dit... comment traumatisé des générations d'enfants. Bon je vais un peu loin, mais j'avoue que j'ai été choqué par la rapidité des événements. L'amitié entre Rox et Rouky passe presque au second plan. Ce film n'est pas mon préféré, il est triste, les images sont sombres et il est triste. Oui je répète le mot parce que j'ai pleuré au début, au milieu et à la fin ! Alors je sais que Don Bluth se cache dans l'animation, qu'il y a un petit lien de cause à effet (si vous avez vu petit pied et la vallée des merveilles, vous comprenez de quoi je parle, vos glandes lacrymales ne se reposent jamais ! Sinon il y a tout de même du positif, l'animation est belle, les graphismes également, les personnages sont attachants. En résumé un Disney presque classique.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Les animaux fantastiques

Publié le par Emy Lee

Sortie le 16 novembre 2016.

Titre original : Fantastic beasts and where to find them.

Réalisé par David Yates, scénario de J. K. Rowling d'après son oeuvre, et musique de James Newton Howard.

Acteurs : Eddie Redmayne (Norbert Dragonneau), Katherine Waterston (Tina Goldstein), Dan Fogler (Jacob Kowalski), Alison Sudol (Queenie Goldstein), Colin Farrell (Percival Graves), Ezra Miller (Croyance), Samantha Morton (Mary Lou Bellebosse), Jon Voight (Henry Shaw senior), Johnny Depp (Gellert Grindelwad), Carmen Ejogo (Séraphina Picquery), Faith Wood-Blagrove (Modesty), Jenn Murray (Chastity), Ron Perlman (Gnarlack), Gemma Chen (Mme Ya Zou), Kamil Lemieszewski (Jon Kowalski), Kevin Guthrie (Abernathy), Ronan Raftery (Langdon Shaw), Peter Breitmayer (M. Bingley) et Josh Cowdery (Sénateur Henry Shaw junior).

Histoire : New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers cours un grand danger. De plus, le redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, a disparu et demeure introuvable.
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d'un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s'agit d'une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l'ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d'enquêtrice...

Mon avis : David Yates a trouvé la formule pour me réconcilier avec l'univers des sorciers et d'Harry Potter. J'ai d'ailleurs été très étonnée, lorsque j'ai constaté qu'il avait réalisé les quatre derniers films de la franchise Harry Potter, que j'ai tant détesté. Alors, mon engouement pour ce film est certainement dû au fait qu'il n'y avait pas de roman au préalable et que je ne pouvais que gober la version du réalisateur. En tous les cas j'ai été très étonnée, le film est captivant, on ne sent pas une redondance où un sujet épuisé (il faut dire que l'univers construit par J. K. Rowling est vaste et il n'a pas fini de nous faire rêver). J'ai retrouvé ici la magie du premier volet de la saga. Un univers encore inconnu, des bêtes plus surprenantes les unes que les autres et j'évite de vous en dire plus pour ne pas vous spoiler et vous gâcher la surprise. Mais Norbert Dragonneau est un petit cachottier qui doit être un descendant de Mary Poppins.Je dirais juste que j'ai adoré cette scène (pour ceux qui ont vu le film et ont compris ma référence), qui nous plonge de plein coeur dans la magie. En revanche je n'ai pu m'empêcher d'avoir un sentiment de frustration, à mon sens on en découvre pas assez. Norbert Dragonneau semble renfermer un passif intéressant, notamment sa mésaventure à Poudlard. Tout comme Croyance... j'aurais aimé en apprendre plus sur lui. En revanche, on s'accroche assez vite aux personnages, on s'attache à eux rapidement, et personnellement j'ai déjà hâte de les retrouver, 2018 me paraît bien loin....La réalisation est intéressante, l'utilisation du numérique n'est pas dérangeante et pourtant elle est très présente, l'univers est prenant et bluffant, les décors sublime, la luminosité parfaite malgré le fait que le film suive l'obscurité des précédents films. Et le casting est tout bonnement génial, j'ai adoré Dan Fogler, à peine moins convaincu par Eddie Redmayne mais parce que j'ai beaucoup de mal à me détacher de son rôle dans Danish Girl. Pour autant je l'ai trouvé bon, et vers la fin j'avais presque oublier ses précédents rôle. Un casting que j'ai vraiment hâte de retrouver dans les suites. Des suites qui nous laisses tous présager tellement il y a d'intrigue dans ce film. Allons-nous nous concentrer essentiellement sur Norbert Dragonneau ou allons-nous assisté à la préparation d'une guerre mené par Henry Shaw qui conduira à la guerre de 1940 avec l'apparition de Lord Voldemort ou bien une émancipation du monde de la magie... Tout est possible en tous cas j'ai fortement apprécié ce premier volet, je ne suis pas rebuté par l'idée d'une suite et je vous invite fortement à le voir.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Nos plus belles années

Publié le par Emy Lee

Sortie en janvier 1974.

Titre original : The way we were.

Réalisé par Sydney Pollack, scénario d'Arthur Laurents et musique de Marvin Hamlisch.

Acteurs : Barbara Streisand (Katie Morosky), Robert Redford (Hubbell Gardner), Bradford Dillman (J. J.), Constance Forslund (Jenny), Lois Chiles (Carol Ann), Patrick O'Neal (George Bissinger), Viveca Lindfors (Paula), Allyn Ann McLerie (Rhea Edwards), Murray Hamilton (Brooks Carpenter), James Woods (Frankie Mc Veigh), Herb Edelman (Bill Verso), Diana Ewing (Vicki Bissinger), Sally Kirkland (Pony Dunbar) et Marcia Mae Jones (Peggy Vanderbilt).

Histoire : Deux jeunes américains se rencontrent sur les bancs de l'université en 1937. La jeune femme est militante communiste alors que lui est un tombeur sans conscience politique. Une fois mariés, ils s'installent à Hollywood au moment où débute la chasse aux sorcières aux Etats-Unis, synonyme du commencement du maccarthysme...

Mon avis : A première vu, je n'étais pas particulièrement emballée par le synopsis (d'ailleurs je ne l'ai pas totalement retrouvé dans le film) et c'est principalement le duo entre Streisand et Redford qui m'a motivé. Sur ce point, on peut dire que je n'ai pas été déçue, ils m'ont offert l'une des plus belles histoires que j'ai pu voir au cinéma. Leur duo fonctionne parfaitement, on y croit et jusqu'au bout on a envie d'y croire. Barbara Streisand est magnifique, c'était la première fois que je la voyais dans un film et elle m'a bluffée. C'est une histoire assez commune, deux personnes diamétralement opposée qui pourtant s'attire et tente tout pour que leur histoire perdure. J'ai vraiment passé un bon moment, le scénario n'oublie pas de détaillé la période à laquelle on se situe et les conditions de vie mais également politique de l'époque. La réalisation est tout aussi sympathique, malgré un fondu qui m'a paru interminable. J'ai vraiment passé un très bon moment, j'ai été émue, j'y ai cru et j'avais quelques larmes qui perlaient au coin des yeux. Je vous le recommande fortement si vous ne l'avez encore jamais vu, vous pourriez être surpris.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Good luck Algeria

Publié le par Emy Lee

Sortie le 30 mars 2016.

Réalisation et scénario par Farid Bentoumi, et musique de Robin Foster.

Acteurs : Sami Bouajila (Samir Zitouni), Franck Gastambide (Stéphane Duval), Chiara Mastroianni (Bianca Zitouni), Hélène Vincent (Françoise Zitouni), Bouchakor Chakor Djaltia (Kader), Coralie Avril (Stella Zitouni), Fadila Belkebla (Sarah) et Satya Dusaugey (Fred).

Histoire : Sam et Stéphane, deux amis d’enfance fabriquent avec succès des skis haut de gamme jusqu’au jour où leur entreprise est menacée. Pour la sauver, ils se lancent dans un pari fou : qualifier Sam aux Jeux Olympiques pour l’Algérie, le pays de son père. Au-delà de l’exploit sportif, ce défi improbable va pousser Sam à renouer avec une partie de ses racines.

Mon avis : Après avoir vu la bande annonce et une interview du réalisateur j'étais curieuse de voir ce film. N'ayant pas pu le voir à sa sortie je me suis lancée aujourd'hui. Le film était sympathique, dénonçant bien le positionnement des algériens français. Pour Samir, tout est clair, il est français et souhaite vivre dans ses valeurs. Seulement la faillite imminente de son entreprise le pousse à représenté l'Algérie au J.O. d'hiver. Lui qui n'avait pas mis les pieds en Algérie depuis vingt ans, va devoir représenté un pays qu'il connait si peu.Un film intéressant, qui passe quelque messages et notamment l'impact de cette double nationalité.Le casting est tout aussi intéressante, j'ai été contente de retrouver Sami Bouajila dans un film, je l'ai beaucoup apprécié. Après le film est assez simpliste et fini sur un happy end.  En revanche, j'avoue avoir été déçue que la compétition au J.O ne soit pas présenté, car j'attendais que ça depuis le début. Pour moi, sa manquait un poil de suspens comme on a pu connaître dans Rasta Rocket. Je me suis peut-être trop focaliser sur ce film. Mais du coup il me manquais quelque chose. Il a toutefois le mérite de nous faire passer un bon moment et de nous relater l'histoire de ce skieur de fond.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Captain Fantastic

Publié le par Emy Lee

Sortie le 12 octobre 2016.

Réalisation et scénario par Matt Ross, et musique d'Alex Somers.

Acteurs : Viggo Mortensen (Ben), Frank Langella (Jack), George Mackay (Bonovan), Samantha Isler (Kierlyr), Annalise Basso (Vespyr), Nicholas Hamilton (Rellian), Shree Crooks (Zaja), Charlie Shotwell (Nai), Ann Dowd (Abigail), Erin Moriatry (Claire), Missi Pyle (Ellen), Kathryn Hahn (Harper), Steve Zahn (Dave), Trin Miller (Leslie), Elijah Stevenson (Justin) et Teddy Van Ee (Jackson).

Histoire : Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes.
Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris.

Mon avis : Pour ma part, le film était passé totalement inaperçus. Ce n'est qu'en constatant les retours positifs que j'ai eu envie de le découvrir. Je n'avais pas du tout d'attente, puisqu'une fois n'est pas coutume je suis allée voir le film les mains dans les poches sans vraiment savoir ce que j'allais voir. Que dire... Les mots me manquent pour pouvoir exprimer ce que je ressens. Le film est un petit bijou autant que le plan scénaristique que sur sa réalisation. On a une superbe photographie, un très bon jeu de lumière, et un casting de folie. Avant de voir le film, je faisais le triste constat de ne pas avoir vu Viggo Mortensen depuis bien longtemps dans un film. On peut dire qu'il revient en force dans ce rôle de père de famille anarchiste. C'est d'ailleurs tout le thème du film, la différence, les choix d'éducation et l'absence de compréhension. Ben nous prouve qu'il n'y a pas de méthode d'éducation parfaite. Certes ses enfants sont éduqué, ils prouvent à plusieurs reprises leur intellect même chez les plus jeunes. Pour autant, il déconne dans sa manière de pratiquer, pouvant mettre ses enfants en danger et pouvant être assimiler à de la négligence ou de la maltraitance comme cela est signifié dans le film. Une très belle découverte ce film, un poil triste car on fini par s'attacher à ses personnages, à leurs différences et on aimerait presque faire partie de cette famille. Dans ce film, on traverse un peu tout, à la fois l'action, le deuil, l'histoire familiale, la culpabilité, le rejet, le bonheur, l'espoir, la différence et enfin l'amour. J'ai trouvé leur dévouement à leur mère cent fois plus touchant que nos enterrement classique qui nous paraissent obsolète dans ce film. D'ailleurs après avoir vécu avec eux quelque temps dans les.bois, toute notre société nous paraît obsolète. Si vous n'avez pas encore découvert ce film je vous invite fortement à le faire !!!

5 étoiles.

Voir les commentaires

Les trolls

Publié le par Emy Lee

Sortie le 19 octobre 2016.

Titre original : Trolls.

Réalisé par Mike Mitchell et Walt Dohrn, scénario de Jonathan Aibel et Glenn Berger, et musique de Christophe Beck.

Acteurs : Louane Emera (Princesse Poppy), M. Pokora (Branche), Olivier Chauvel (Creek), Gabriel Bismuth-Bienaimé (Prince Graillon jr), Achille Orsoni (Roi Peppy), Emmanuel Curtil (Cloud Guy), Patrick Préjean (Roi Graillon Sr), Michael Aragones(Bibbly) et Joachim Salinger (Biggie).

Histoire : Connus pour leur crête de cheveux fluos et magiques, les Trolls sont des créatures délirantes et joyeuses et surtout les rois de la pop. Mais leur monde d'arcs-en-ciel et de cupcakes est changé à jamais lorsque leur leader Poppy, accompagnée de Branche et tous ses amis, doit se lancer dans une mission de sauvetage qui l'entraînera loin de ce petit paradis.

Mon avis : Avant tour c'est la nostalgie qui m'a fait aller voir ce film, comment intégrer ce jouet d'enfance dans un film je me posais la question. Je n'avais donc aucune attente particulière si ce n'est un clin d'oeil au poupée d'origine. Je n'ai pas été déçue sur ce point, ce dernier arrivant très rapidement au début du film. Après cela, l'histoire du film est assez banal pour un film d'animation mais cependant toujours efficace. Même si les personnages n'ont pas de prénom reprenant leur caractère je n'ai pas pu m'empêcher de faire un parallèle avzc les Schtroumpfs. Tout comme eux, ils sont poursuivie par des méchants pour être manger. Si le film est aussi plaisant c'est également en raison de ses graphismes, de ses couleurs flashys mais également par son univers. L'ensemble m'a beaucoup plus dès la bande annonce, et le résultat n'est pas du tout indigeste. Les trolls sont attachants, malgré leur côté très naïfs. On comprend également assez vite, pourquoi Louane à été un choix au doublage, au vu du nombre de reprises musicales, il faut bien l'avouer plutôt plaisant. D'ailleurs ses nombreuses reprises m'ont rappelé l'époque Schtroumpfs Party ! Et enfin, la morale de cette histoire, "tout le monde a accès au bonheur, s'il se donne la peine de le chercher", et plutôt bien placé en cette époque troublée. Pour conclure, le film n'a rien d'innovant, il reprend des méthodes qui ont déjà fait leur preuve à de nombreuses reprises, mais l'ensemble fonctionne et est très plaisant. Un sympathique surprise !

3 étoiles. 

​​​

Voir les commentaires